10 Aout

Saint Laurent, diacre et martyr

Le diacre Laurent fut arrêté lors de la persécution de Valérien et mourut par le feu peu de jours après le pape Sixte II, exécuté en 258. D’après le récit de son martyre, Laurent, intendant des biens de l’Eglise, n’aurait pas trouvé meilleur moyen pour les préserver de la rapacité des persécuteurs, que de les distribuer aux pauvres ; il aurait été brûlé sur un lit de fer en forme de gril. Laurent est, après Pierre et Paul, le troisième patron de la ville de Rome, qui lui a voué un culte fervent et lui a consacré nombre d’églises.

Antienne  d’ouverture :

Au service de l’Eglise, le diacre saint Laurent s’est offert lui-même ; il fut digne de souffrir le martyre et de rejoindre dans la joie le Seigneur Jésus Christ.

Prière  d’ouverture :

C’est l’ardeur de ton amour, Seigneur, qui a donné au diacre saint Laurent de se montrer fidèle dans son service, et d’accéder à la gloire du martyre ; accorde-nous d’aimer ce qu’il aimait, et d’accomplir ce qu’il a enseigné. Par Jésus.

1ère lecture : 2 Co 9, 6-10

Frères, rappelez-vous le proverbe : À semer trop peu, on récolte trop peu ; à semer largement, on récolte largement. Que chacun donne comme il a décidé dans son cœur, sans regret et sans contrainte, car Dieu aime celui qui donne joyeusement. Et Dieu est assez puissant pour vous donner toute grâce en abondance, afin que vous ayez, en toute chose et toujours, tout ce qu’il vous faut, et même que vous ayez en abondance de quoi faire toute sorte de bien. L’Écriture dit en effet de l’homme juste : Il distribue, il donne aux pauvres ; sa justice demeure à jamais. Dieu, qui fournit la semence au semeur et le pain pour la nourriture, vous fournira la graine ; il la multipliera, il donnera la croissance à ce que vous accomplirez dans la justice.

Psaume : 111 (112), 1-2, 5-6, 7-8, 4b.9

R/ L’homme de bien a pitié, il partage.

  1. Heureux qui craint le Seigneur, qui aime entièrement sa volonté ! Sa lignée sera puissante sur la terre ; la race des justes est bénie.
  2. L’homme de bien a pitié, il partage ; il mène ses affaires avec droiture. Cet homme jamais ne tombera ; toujours on fera mémoire du juste.
  3. Il ne craint pas l’annonce d’un malheur : le cœur ferme, il s’appuie sur le Seigneur. Son cœur est confiant, il ne craint pas : il verra ce que valaient ses oppresseurs.
  4. Homme de justice, de tendresse et de pitié. À pleines mains, il donne au pauvre ; à jamais se maintiendra sa justice, sa puissance grandira, et sa gloire !

Acclamation :

Alléluia. Alléluia. Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, dit le Seigneur, il aura la lumière de la vie. Alléluia. (cf. Jn 8, 12bc)

Evangile : Jn 12, 24-26

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Qui aime sa vie la perd ; qui s’en détache en ce monde la gardera pour la vie éternelle. Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera. »

Prière  sur  les  offrandes :

Accueille, Seigneur, avec bienveillance, les offrandes que nous te présentons en ce jour où nous fêtons saint Laurent : fais qu’elles servent à notre salut. Par Jésus.

Antienne  de  communion

«Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive, dit le Seigneur, et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. »

Prière  après  la  communion :

Rassasiés de tes saints mystères, Seigneur, nous t’adressons cette prière : permets qu’en la fête de saint Laurent, nous recevions davantage ton salut, pour l’avoir célébré dans cette eucharistie. Par Jésus.

La générosité doit être la mesure de l’homme de foi, elle qui est appelée à être manifeste dans le don de soi et dans l’épanouissement, pour le bien de tous, des talents que Dieu nous a donnés. La symbolique du grain unique générant de multiples autres nous invite à nous investir dans cette direction. Il ne faut pas être égoïstement centré sur soi. Le Christ qui est en nous se veut transmissible et ne peut l’être que par de généreuses dispositions. Celui qui se met généreusement aux services de ses frères et sœurs sert le Christ et celui qui sert le Christ est honoré du Père.