10 octobre

Saint  Daniel et ses compagnons

Avec six autres franciscains ils débarquèrent à Ceuta, au Maroc, pour témoigner du Christ devant les Sarrasins. Ils entrèrent dans la ville musulmane, crucifix à la main, prêchant contre Mahomet. Ils furent aussitôt arrêtés et emprisonnés. Comme ils refusaient d’apostasier, ils furent conduits sur la grande place et, agenouillés, ils furent décapités.

Antienne  d’ouverture : Est 13, 9. 10-11

Tout dépend de ta volonté, Seigneur, et rien ne peut lui résister: C’est toi qui as fait le ciel et la terre et les merveilles qu’ils contiennent. Tu es le Maître de l’univers.

Prière  d’ouverture

Dans ton amour inépuisable, Dieu éternel et tout-puissant, tu combles ceux qui t’implorent, bien au-delà de leurs mérites et de leurs désirs. Répands sur nous ta miséricorde en délivrant notre conscience de ce qui l’inquiète et en donnant plus que nous n’osons demander. Par Jésus Christ

1ère lecture : Ga 2, 1-2.7-14

Frères, au bout de quatorze ans, je suis de nouveau monté à Jérusalem ; j’étais avec Barnabé, et j’avais aussi emmené Tite. J’y montais à la suite d’une révélation, et j’y ai exposé l’Évangile que je proclame parmi les nations ; je l’ai exposé en privé, aux personnages les plus importants, car je ne voulais pas risquer de courir ou d’avoir couru pour rien. Or, ils ont constaté que l’annonce de l’Évangile m’a été confiée pour les incirconcis (c’est-à-dire les païens), comme elle l’a été à Pierre pour les circoncis  (c’est-à-dire les Juifs). En effet, si l’action de Dieu a fait de Pierre l’Apôtre des circoncis, elle a fait de moi l’Apôtre des nations païennes. Ayant reconnu la grâce qui m’a été donnée, Jacques, Pierre et Jean, qui sont considérés comme les colonnes de l’Église, nous ont tendu la main, à moi et à Barnabé, en signe de communion, montrant par là que nous sommes, nous, envoyés aux nations, et eux, aux circoncis. Ils nous ont seulement demandé de nous souvenir des pauvres, ce que j’ai pris grand soin de faire. Mais quand Pierre est venu à Antioche, je me suis opposé à lui ouvertement, parce qu’il était dans son tort. En effet, avant l’arrivée de quelques personnes de l’entourage de Jacques, Pierre prenait ses repas avec les fidèles d’origine païenne. Mais après leur arrivée, il prit l’habitude de se retirer et de se tenir à l’écart, par crainte de ceux qui étaient d’origine juive. Tous les autres fidèles d’origine juive jouèrent la même comédie que lui, si bien que Barnabé lui-même se laissa entraîner dans ce jeu. Mais quand je vis que ceux-ci ne marchaient pas droit selon la vérité de l’Évangile, je dis à Pierre devant tout le monde : « Si toi qui es juif, tu vis à la manière des païens et non des Juifs, pourquoi obliges-tu les païens à suivre les coutumes juives ? »

Psaume : 116 (117), 1, 2

R/ Allez dans le monde entier proclamer la Bonne Nouvelle

  1. Louez le Seigneur, tous les peuples ; fêtez-le, tous les pays !
  2. Son amour envers nous s’est montré le plus fort ; éternelle est la fidélité du Seigneur

Acclamation :

Alléluia. Alléluia. Vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ; c’est en lui que nous crions « Abba », Père. Alléluia. (Rm 8, 15bc)

Evangile : Lc 11, 1-4

Il arriva que Jésus, en un certain lieu, était en prière. Quand il eut terminé, un de ses disciples lui demanda : « Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean le Baptiste, lui aussi, l’a appris à ses disciples. » Il leur répondit : « Quand vous priez, dites : “Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne. Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes, nous pardonnons aussi à tous ceux qui ont des torts envers nous. Et ne nous laisse pas entrer en tentation.” »

Prière  sur  les  offrandes :

Accepte, Seigneur, le sacrifice que tu nous as donné. Dans les mystères que nous célébrons pour te rendre grâce, sanctifie les hommes que tu as sauvés par ton Fils. Lui qui.

Antienne  de  communion : Lm 3, 25

Le Seigneur est bon pour ceux qui se tournent vers lui, pour ceux qui le recherchent.

Prière  après  la  communion :

Accorde-nous, Seigneur notre Dieu, de trouver dans cette communion notre force et notre joie, afin que nous puissions devenir ce que nous avons reçu: le corps du Christ. Lui qui.

Dire des paroles et des mots justes à nos frères en situations sensibles, ou des prières dignes au Seigneur, n’est pas évident. Le résultat est que nous ne savons pas toujours prier comme il faut, et avons besoin de l’apprendre du Seigneur ou de quelqu’un ; nous n’arrivons pas toujours à dire les vérités tranchantes à nos frères et sœurs, et avons besoin du courage évangélique pour y arriver. Fort de la grâce du Christ, Paul peut parler de lui-même et de son passé sans complexe et en toute vérité, tout comme il peut reprocher Pierre pour sa conduite hypocrite au milieu des païens par peur des juifs. La parole prend ici toute sa charge performative et son importance : par elle nous construisons ou détruisons le monde, et par elle encore nous rapprochons Dieu ou l’éloignons. Comme ce disciple de l’évangile de ce jour, sachons humblement faire la demande : « Seigneur, apprends-nous à prier » !