12 Novembre

Saint Josaphat

De famille orthodoxe, Jean Kuncewycz (vers 1580-1623) devient en 1604 moine basilien à Vilna, dans l’Eglise ruthène uniate, c’est-à-dire réunie à Rome, et prend le nom de Josaphat. Il fonde des monastères qui sont des foyers d’union entre grecs et latins. Son rayonnement est extraordinaire, et il est bientôt nommé archevêque catholique de Polotsk. Son attachement au siège romain et le succès de l’apostolat qu’il entreprend en ce sens lui font de nombreux ennemis. Ceux-ci le massacrèrent à Vitebsk lors d’une visite pastorale.

Saint Christian, martyr

Moine polonais, répandant la foi chrétienne avec quelques moines camaldules venus d’Italie, Christian fut pendu sur la place de l’Oratoire par des voleurs. C’est confrères italiens, eux, furent abattus dans la nuit par les mêmes bandits.

Antienne  d’ouverture : Ps 87, 2-3

Seigneur, mon Dieu et mon salut, que ma prière parvienne jusqu’à toi, entends-moi qui t’implore.

Prière  d’ouverture

Dieu qui es bon et tout-puissant, éloigne de nous tout ce qui nous arrête, afin que sans aucune entrave, ni d’esprit ni de corps, nous soyons libres pour accomplir ta volonté. Par Jésus Christ.

1ère lecture : Tt 1, 1-9

Paul, serviteur de Dieu, apôtre de Jésus Christ au service de la foi de ceux que Dieu a choisis et de la pleine connaissance de la vérité qui est en accord avec la piété. Nous avons l’espérance de la vie éternelle, promise depuis toujours par Dieu qui ne ment pas. Aux temps fixés, il a manifesté sa parole dans la proclamation de l’Évangile qui m’a été confiée par ordre de Dieu notre Sauveur. Je m’adresse à toi, Tite, mon véritable enfant selon la foi qui nous est commune : à toi, la grâce et la paix de la part de Dieu le Père et du Christ Jésus notre Sauveur. Si je t’ai laissé en Crète, c’est pour que tu finisses de tout organiser et que, dans chaque ville, tu établisses des Anciens  comme je te l’ai commandé moi-même. L’Ancien doit être quelqu’un qui soit sans reproche, époux d’une seule femme, ayant des enfants qui soient croyants et ne soient pas accusés d’inconduite ou indisciplinés. Il faut en effet que le responsable de communauté soit sans reproche, puisqu’il est l’intendant de Dieu ; il ne doit être ni arrogant, ni coléreux, ni buveur, ni brutal, ni avide de profits malhonnêtes ; mais il doit être  ccueillant, ami du bien, raisonnable, juste, saint, maître de lui. Il doit être attaché à la parole digne de foi, celle qui est conforme à la doctrine, pour être capable d’exhorter en donnant un enseignement solide, et aussi de réfuter les opposants.

Psaume : 23 (24), 1-2, 3-4ab, 5-6

R/Voici le peuple de ceux qui cherchent ta face, Seigneur.

  1. Au Seigneur, le monde et sa richesse, la terre et tous ses habitants ! C’est lui qui l’a fondée sur les mers et la garde inébranlable sur les flots.
  2. Qui peut gravir la montagne du Seigneur et se tenir dans le lieu saint ? L’homme au cœur pur, aux mains innocentes, qui ne livre pas son âme aux idoles.
  3. Il obtient, du Seigneur, la bénédiction, et de Dieu son Sauveur, la justice. Voici le peuple de ceux qui le cherchent ! Voici Jacob qui recherche ta face !

Acclamation :

Alléluia. Alléluia. Vous brillez comme des astres dans l’univers en tenant ferme la parole de vie. Alléluia. (Ph 2, 15d.16a)

Evangile : Lc 17, 1-6

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Il est inévitable que surviennent des scandales, des occasions de chute ; mais malheureux celui par qui cela arrive ! Il vaut mieux qu’on lui attache au cou une meule en pierre et qu’on le précipite à la mer, plutôt qu’il ne soit une occasion de chute pour un seul des petits que voilà. Prenez garde à vous-mêmes ! Si ton frère a commis un péché, fais-lui de vifs reproches, et, s’il se repent, pardonne-lui. Même si sept fois par jour il commet un péché contre toi, et que sept fois de suite il revienne à toi en disant : “Je me repens”, tu lui pardonneras. » Les Apôtres dirent au Seigneur : « Augmente en nous la foi ! » Le Seigneur répondit : « Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde, vous auriez dit à l’arbre que voici : “Déracine-toi et va te planter dans la mer”, et il vous aurait obéi. »

Prière  sur  les  offrandes :

Sur les offrandes que nous présentons, Seigneur, jette un regard de pardon et de paix. Qu’en célébrant la passion de ton Fils, nous entrions de tout cœur dans son mystère. Lui qui.

Antienne  de  communion: Ps 22, 1-2

Mon berger, c’est le Seigneur: je ne manque de rien. Sur de frais pâturages, il me laisse reposer. Il me mène auprès des eaux tranquilles et me fait revivre.

Prière  après  la  communion :

Fortifiés par cette nourriture sainte, nous t’adressons, Seigneur, nos actions de grâce et nous implorons ta miséricorde. Que l’Esprit Saint fasse persévérer dans la droiture ceux qui ont reçu la force d’en haut. Par Jésus.

Eviter de faire mal à l’autre et pardonner celui qui peut nous causer du tort. Eviter de faire mal c’est ne pas être cause de scandale pour les plus petits. Un petit est ici celui qui manque de fermeté, un faible, un instable, un délicat, un ignorant, un sans-défense. C’est celui qui n’a pas d’autorité sur lui-même, qu’on peut facilement manipuler. Le petit a sa place dans l’Eglise et doit être protégé. C’est pourquoi, celui qui est cause de scandale pour le petit, celui qui perturbe sa foi et est cause de sa chute, commet le plus pervers des péchés. Les chrétiens n’ont pas pour vocation d’entraîner les autres à la chute, mais leur permettre le relèvement. Jésus a rendu visite aux petits (publicains, prostituées, lépreux, malades) et leur a offert son aide. C’est dans cette perspective que le chrétien doit pardonner à son frère éternellement, car l’unique loi de l’Eglise est celle de l’amour qui s’offre. Une vie de foi et de grâce qui présuppose une attitude de foi difficile d’y parvenir dans ce monde. C’est pourquoi les apôtres demandent à Jésus de leur augmenter la foi.