15 septembre

Notre-Dame des Douleurs

La fête, qui est récente (1814), n’exprime pas seulement une piété mariale qui, au Moyen Age, aimait à énumérer les sept douleurs de la Vierge. Elle répond à la place que l’Evangile donne à Marie dans le mystère du salut accompli par son Fils. Jésus oblige à un choix : face à la révélation qu’il leur fait de l’amour du Père et de ses exigences, les hommes se divisent. Crucifié par ceux qui le contredisent, le Christ sauve ainsi ceux qui croient en lui. Marie a le cœur déchiré par cette division des hommes. Elle communie à la passion de son Fils, et c’est ainsi qu’elle enfante dans la douleur les élus que Jésus sauve et auxquels il l’a donnée pour mère.

Antienne  d’ouverture : Ps 118, 137. 124

Tu es juste, Seigneur, et tes jugements sont droits: Agis pour ton serviteur selon ton amour, enseigne-moi tes volontés.

Prière  d’ouverture :

Dieu qui as envoyé ton Fils pour nous sauver et pour faire de nous tes enfants d’adoption, regarde avec bonté ceux que tu aimes comme un père. Puisque nous croyons au Christ, accorde-nous la vraie liberté et la vie éternelle. Par Jésus Christ.

1ère lecture : 1 Co 10, 14-22

Mes bien-aimés,  fuyez le culte des idoles. Je vous parle comme à des personnes raisonnables ; jugez vous-mêmes de ce que je dis. La coupe de bénédiction que nous bénissons, n’est-elle pas communion au sang du Christ ? Le pain que nous rompons, n’est-il pas communion au corps du Christ ? Puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain. Voyez ce qui se passe chez les Israélites : ceux qui mangent les victimes offertes sur l’autel de Dieu, ne sont-ils pas en communion avec lui ? Je ne prétends pas que la viande offerte aux idoles ou que les idoles elles-mêmes représentent quoi que ce soit. Mais je dis que les sacrifices des païens sont offerts aux démons, et non à Dieu, et je ne veux pas que vous soyez en communion avec les démons. Vous ne pouvez pas boire à la coupe du Seigneur et en même temps à celle des démons ; vous ne pouvez pas prendre part à la table du Seigneur et en même temps à celle des démons. Voulons-nous provoquer l’ardeur jalouse du Seigneur ? Sommes-nous plus forts que lui ?

Psaume: 115 (116b), 12-13, 17-18

R/ Seigneur, je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce.

  1. Comment rendrai-je au Seigneur tout le bien qu’il m’a fait ? J’élèverai la coupe du salut, j’invoquerai le nom du Seigneur.
  2. Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce, j’invoquerai le nom du Seigneur. Je tiendrai mes romesses au Seigneur, oui, devant tout son peuple.

Acclamation :

Alléluia. Alléluia. Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, dit le Seigneur ; mon Père l’aimera, et nous viendrons vers lui. Alléluia. (Jn 14, 23)

Evangile :Jn 19, 25-27

Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui.

ou bien :

Evangile (Lc 2, 33-35)

En ce temps-là, lorsqu’ils présentèrent Jésus au Temple, le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »

Prière  sur  les  offrandes :

Dieu qui donnes la grâce de te servir avec droiture et de chercher la paix, Fais que cette offrande puisse te glorifier, et que notre participation à l’eucharistie renforce les liens de notre unité. Par Jésus.

Antienne  de  communion Ps 41, 2-3

Comme une biche languit après l’eau vive, ainsi mon âme languit vers toi, mon Dieu. Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant.

Prière  après  la  communion :

Par ta parole et par ton pain, Seigneur, tu nourris et fortifies tes fidèles. Accorde-nous de si bien profiter de ces dons que nous soyons associés pour toujours à la vie de ton Fils. Lui qui.

Dans sa prophétie sur le fils de Dieu, le vieux Siméon annonce deux caractéristiques paradoxales du salut que Dieu permet au monde à travers Jésus : le sauveur que Dieu donne aux hommes sera contredit et refusé par un grand nombre ; pire encore, sa venue apportera le désastre à une bonne partie du peuple qui l’attendait et qui ne saura pas le reconnaître. Le Christ est lumière, mais aussi une pierre sur laquelle on bute et tombe ; c’est un privilège et aussi un risque que d’appartenir au peuple de Dieu. C’est bien ce qu’on pouvait attendre de celui qui était déjà en Israël une pierre de scandale, et qui devait le rester parmi nous. Luc en écrivant ces paroles et mentionnant l’épée qui transpercera l’âme de Marie, il pense sans doute à la crucifixion et au texte de Zacharie : “Ils verront celui qu’ils ont transpercé”.