Bienheureuse Alix Le Clerc

Avant de devenir une religieuse sous le nom de Mère Thérèse de Jésus, elle connut une jeunesse dans le divertissement et l’insouciance. C’est après une maladie grave qu’elle commença à s’interroger sur sa vie sans toutefois laisser complètement sa vie de plaisir. Elle prit conscience de sa vocation lors d’une vision de la Vierge Marie qu’elle reçut durant une Messe à l’église Notre-Dame. Éducatrice créatrice d’écoles, elle est la fondatrice d’un ordre religieux d’enseignante, la congrégation Notre-Dame-Chanoinesse de St Augustin. Elle fut béatifiée par Pie XII le 04 mai 1947.

 

Blanc

ntienne d’ouverture

     Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre une lumière a resplendi.

 

Prière d’ouverture

     Seigneur notre Dieu, soleil qui brille pour toutes les nations, accorde aux peuples de la terre de vivre en paix, et fais lever en nos cœurs l’admirable lumière qui a guidé les mages vers ton Fils. Lui qui.

 

Première lecture : 1 Jean 4, 11-18

     Bien-aimés, puisque Dieu nous a tellement aimés, nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres. Dieu, personne ne l’a jamais vu. Mais si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et, en nous, son amour atteint la perfection. Voici comment nous reconnaissons que nous demeurons en lui et lui en nous: il nous a donné part à son Esprit. Quant à nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé son Fils comme Sauveur du monde. Celui qui proclame que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu. Et nous, nous avons reconnu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour : qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui. Voici comment l’amour atteint, chez nous, sa perfection: avoir de l’assurance au jour du jugement; comme Jésus, en effet, nous ne manquons pas d’assurance en ce monde. Il n’y a pas de crainte dans l’amour, l’amour parfait bannit la crainte ; car la crainte implique un châtiment, et celui qui reste dans la crainte n’a pas atteint la perfection de l’amour.

 

Psaume 71 (72), 1-2, 10-11, 12-13

R/ Tous les rois se prosterneront devant lui, tous les pays le serviront.

(71, 11)

 

1.   Dieu, donne au roi tes pouvoirs, à ce fils de roi ta justice. Qu’il gouverne ton peuple avec justice, qu’il fasse droit aux malheureux !

 

2.  Les rois de Tarsis et des Îles apporteront des présents. Les rois de Saba et de Seba feront leur offrande. Tous les rois se prosterneront devant lui, tous les pays le serviront.

 

3.  Il délivrera le pauvre qui appelle et le malheureux sans recours. Il aura souci du faible et du pauvre, du pauvre dont il sauve la vie.

 

Acclamation

     Alléluia, Alléluia.Louange à toi, Jésus Christ, manifesté dans la chair, proclamé parmi les nations, reconnu dans le monde. Alléluia.(cf. 1 Tm 3, 16)

 

Évangile : Marc 6, 45-52

     Aussitôt après avoir nourri les cinq mille hommes, Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, vers Bethsaïde, pendant que lui-même renvoyait la foule. Quand il les eut congédiés, il s’en alla sur la montagne pour prier. Le soir venu, la barque était au milieu de la mer et lui, tout seul, à terre. Voyant qu’ils peinaient à ramer, car le vent leur était contraire, il vient à eux vers la fin de la nuit en marchant sur la mer, et il voulait les dépasser. En le voyant marcher sur la mer, les disciples pensèrent que c’était un fantôme et ils se mirent à pousser des cris. Tous, en effet, l’avaient vu et ils étaient bouleversés. Mais aussitôt Jésus parla avec eux et leur dit : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez pas peur! » Il monta ensuite avec eux dans la barque et le vent tomba ; et en eux-mêmes ils étaient au comble de la stupeur, car ils n’avaient rien compris au sujet des pains : leur cœur était endurci.

 

Prière sur les offrandes

     Dieu qui donnes la grâce de te servir avec droiture et de chercher la paix, fais que cette offrande puisse te glorifier, et que notre participation à l’Eucharistie renforce  les liens de notre unité. Par Jésus.

 

Antienne de   communion : 1 Jn 1, 2

     La Vie, qui était auprès du Père, s’est manifestée, elle nous est apparue.

 

Prière après la communion

     Ton peuple, Seigneur, a besoin de multiples secours pour sa traversée d’ici-bas, que ta bonté les lui donne aujourd’hui et demain : trouvant alors la force nécessaire dans les biens qui passent, il recherchera les biens éternels avec plus de confiance. Par Jésus.

 

 

MÉDITATION

     Le fait que Jésus marche sur les eaux atteste et confirme sa Toute-puissance sur toute la création, démontrant ainsi sa seigneurie. Jésus, grâce au pouvoir reçu de son Père, est le seul capable de dominer les forces du Mal et de la Mort représentée par la mer agitée par la tempête. La barque secouée par les flots représente l’Église tourmentée par les crises, les épreuves et les persécutions. L’appel à la confiance que Jésus adresse à ses disciples apeurés est le même qu’il lance à chacun d’entre nous, membre du corps ecclésial. Quelles que soient les difficultés ou les adversités qu’elle rencontre, la barque de l’Église reste sous le contrôle de son Capitaine Jésus, Triomphateur des forces du mal. Plutôt que de nous laisser submerger par l’angoisse et la peur nous avons à nous abandonner dans un acte de foi sincère et total.

 

 

 

 

 

 

 

JEUDI 10 JANVIER 2019

Saint Guillaume de Bourges

Guillaume de Corbeil mena une vie monastique mouvementée par les différents changements de communautés et d’ordre. De chanoine de Soissons jusqu’à Abbé cistercien à Fontaine-Jean, en passant par l’abbaye de Grandmont, il est désigné comme archevêque de Bourges (1199-1209). Il combat à la demande du pape Innocent III les hérétiques, en particulier les cathares.

 

Blanc

ntienne d’ouverture

     Au commencement et avant le temps le Verbe était Dieu : c’est lui qui a voulu naître dans le temps des hommes et devenir le Sauveur du monde.

 

Prière d’ouverture

     Seigneur, avec ton Fils bien-aimé, l’aurore de ton jour éternel s’est levée sur toutes les nations : accepte à ton peuple de reconnaître la gloire de son Rédempteur et de parvenir à la lumière qui ne s’éteint pas. Par Jésus Christ.

 

Première lecture: 1 Jean 4, 19 – 5, 4

     Bien-aimés, nous aimons parce que Dieu lui-même nous a aimés le premier. Si quelqu’un dit : « J’aime Dieu», alors qu’il a de la haine contre son frère, c’est un menteur. En effet, celui qui n’aime pas son frère, qu’il voit, est incapable d’aimer Dieu, qu’il ne voit pas. Et voici le commandement que nous tenons de lui : celui qui aime Dieu, qu’il aime aussi son frère. Celui qui croit que Jésus est le Christ, celui-là est né de Dieu ; celui qui aime le Père qui a engendré aime aussi le Fils qui est né de lui. Voici comment nous reconnaissons que nous aimons les enfants de Dieu : lorsque nous aimons Dieu et que nous accomplissons ses commandements. Car tel est l’amour de Dieu : garder ses commandements; et ses commandements ne sont pas un fardeau, puisque tout être qui est né de Dieu est vainqueur du monde. Or la victoire remportée sur le monde, c’est notre foi.

 

Psaume : 71 (72), 1-2, 14.15bc, 17

R/ Tous les rois se prosterneront devant lui, tous les pays le serviront. (71, 11)

 

1.   Dieu, donne au roi tes pouvoirs, à ce fils de roi ta justice. Qu’il gouverne ton peuple avec justice, qu’il fasse droit aux malheureux !

 

2.  Il les rachète à l’oppression, à la violence ; leur sang est d’un grand prix à ses yeux. On priera sans relâche pour lui ; tous les jours, on le bénira.

 

3.  Que son nom dure toujours ; sous le soleil, que subsiste son nom ! En lui, que soient bénies toutes les familles de la terre ; que tous les pays le disent bienheureux !

 

Acclamation

     Alléluia, Alléluia.Le Seigneur m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération. Alléluia. (Lc 4, 17)

 

Évangile : Luc 4, 14-22a

     En ce temps-là, lorsque Jésus, dans la puissance de l’Esprit, revint en Galilée, sa renommée se répandit dans toute la région. Il enseignait dans les synagogues, et tout le monde faisait son éloge. Il vint à Nazareth, où il avait été élevé. Selon son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture. On lui remit le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit : L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés, annoncer une année favorable accordée par le Seigneur. Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. » Tous lui rendaient témoignage et s’étonnaient des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche.

 

Prière sur les offrandes

     Accepte, Seigneur notre Dieu, ce que nous présentons pour cette Eucharistie où s’accomplit un admirable échange: en offrant ce que tu nous as donné, puissions-nous te recevoir toi-même. Par Jésus.

 

Antienne de  communion

     Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné le Fils unique : ainsi, celui qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle.

 

Prière après la communion

     Dieu tout-puissant, nous t’en prions : fais que la communion à tes mystères sacrés soutienne constamment notre vie. Par Jésus.

 

 

MÉDITATION

     Vainqueur du tentateur au désert et rempli de la puissance de l’Esprit Saint, Jésus se rend dans la synagogue de Nazareth pour y prêcher. Cette prédication par laquelle Jésus inaugure son ministère lui donne de s’identifier à la parole du prophète Isaïe qu’il proclame. Il se présente comme accomplissement de la Parole de Dieu. Jésus est effectivement exégète du Père, Verbe de Dieu fait chair (Jn 1, 14). Jésus, Parole de Dieu, continue de dérouler le livre et nous parle quotidiennement. Cette Parole trouve son accomplissement dans l’aujourd’hui de nos vies. Il s’agit pour chacun de vivre dans le présent l’action divine, qui ne cesse de se manifester aux yeux de ceux y croient et de pénétrer dans leurs cœurs.