Mardi 29 janvier 2019

Saint Gildas ; saint Valère

Saint Gildas (+570) dit « Le Sage », est né dans l’île de Bretagne. Il fonda l’abbaye de Rhuys qui a conservé son tombeau et développé son culte. Il promeut dans ses écrits la vie monastique, et des fragments de lettres indiquent qu’il aurait également rédigé une règle monacale moins austère que celle de son contemporain saint David.

 

Vert

Antienne d’ouverture Ps 95, 1-6

     Chantez au Seigneur un chant nouveau, chantez au Seigneur, terre entière : La splendeur et l’éclat, la puissance et la beauté brillent dans son Temple saint!

 

Prière d’ouverture

     Dieu éternel et tout-puissant, dirige notre vie selon ton amour, afin qu’au nom de ton Fils bien-aimé, nous portions des fruits en abondance. Par Jésus Christ

 

Première lecture : Hb 10,1-10

     La loi de Moïse ne présente que l’ébauche des biens à venir, et non pas l’expression même des réalités. Elle n’est donc jamais capable, par ses sacrifices qui sont toujours les mêmes, offerts indéfiniment chaque année, de mener à la perfection ceux qui viennent y prendre part. Si ce culte les avait purifiés une fois pour toutes, ils n’auraient plus aucun péché sur la conscience et, dans ce cas, n’aurait-on pas cessé d’offrir les sacrifices ? Mais ceux-ci, au contraire, comportent chaque année un rappel des péchés. Il est impossible, en effet, que du sang de taureaux et de boucs enlève les péchés. Aussi, en entrant dans le monde, le Christ dit : Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps. Tu n’as pas agréé les holocaustes ni les sacrifices pour le péché ; alors, j’ai dit : Me voici, je suis venu, mon Dieu, pour faire ta volonté, ainsi qu’il est écrit de moi dans le Livre. Le Christ commence donc par dire : Tu n’as pas voulu ni agréé les sacrifices et les offrandes, les holocaustes et les sacrifices pour le péché, ceux que la Loi prescrit d’offrir. Puis il déclare : Me voici, je suis venu pour faire ta volonté. Ainsi, il supprime le premier état de choses pour établir le second. Et c’est grâce à cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande que Jésus Christ a faite de son corps, une fois pour toutes.

 

Psaume 39 ; 2,4,7-8,10,11

R/ D’un grand espoir j’espérais le Seigneur : il s’est penché vers moi pour entendre mon cri.

 

1.   Dans ma bouche il a mis un chant nouveau, une louange à notre Dieu. Beaucoup d’hommes verront, ils craindront, ils auront foi dans le Seigneur.  Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice, tu as ouvert mes oreilles

 

2.  Tu ne demandais ni holocauste ni victime, alors j’ai dit : « Voici, je viens. « Dans le livre, est écrit pour moi

 

3.  J’annonce la justice dans la grande assemblée ; vois, je ne retiens pas mes lèvres, Seigneur, tu le sais. 

 

4.  Je n’ai pas enfoui ta justice au fond de mon cœur, je n’ai pas caché ta fidélité, ton salut ; j’ai dit ton amour et ta vérité à la grande assemblée.

 

 

 

Acclamation

     Alléluia. Alléluia« Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Alléluia.

(cf. Mt 11, 25.)

 

Évangile : Marc 3,31-35

     En ce temps-là, arrivent sa mère et ses frères. Restant au-dehors, ils le font appeler. Une foule était assise autour de lui ; et on lui dit : «Voici que ta mère et tes frères sont là dehors : ils te cherchent. » Mais il leur répond : « Qui est ma mère ? Qui sont mes frères ? » Et parcourant du regard ceux qui étaient assis en cercle autour de lui, il dit : « Voici ma mère et mes frères. Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. »

 

Prière sur les offrandes

     Dans ta bonté, Seigneur, accepte notre offrande : Qu’elle soit sanctifiée et serve ainsi à notre salut. Par Jésus.

 

Antienne de communion : Ps 33, 6

     Ensemble, approchez du Seigneur: resplendissez de sa lumière et sur votre visage il n’y aura plus d’ombre.

 

Prière après la communion

Permets, nous t’en prions, Dieu tout-puissant, Qu’ayant reçu de toi la grâce d’une nouvelle vie, nous puissions nous en émerveiller toujours. Par Jésus.

 

 

 

 

MÉDITATION       

     Cette scène entre Jésus et les membres de sa famille vient confirmer le climat d’incompréhension souligné samedi dernier (Mc 3 20-21), et renforcer l’idée de la radicalité nécessaire dans notre engagement pour la cause de Dieu. Si les liens de sang sont importants ils ne doivent en aucun cas influencer et conditionner notre vie de foi. Sans exclure la parenté biologique Jésus fait valoir la primauté de la parenté spirituelle qui trouve son fondement dans l’écoute de la Parole de Dieu et l’accomplissement de sa Volonté. Faire partie de la famille de Jésus c’est le suivre et l’imiter à travers une vie de foi en acte et s’engager réellement dans la lutte contre le mal par l’amour et le service de nos frères et sœurs.

Vous pouvez aussi aimer