Samedi 30 Mars 2019

Bienheureux Amédée IX

A 17 ans, celui qui était Duc de Savoie épousa la sœur du roi Louis XII. Ils eurent sept enfants et formèrent un ménage heureux. Atteint d’épilepsie, il accepta cette maladie comme une participation à la souffrance du Christ. Il mourut en 1472.

 

Violet

Antienne d’ouverture : Ps 85, 9-10

     Le publicain, se tenant à distance, se frappait la poitrine en priant: «Mon Dieu, prends pitié du pécheur que je suis. »

 

Prière d’ouverture

     En célébrant avec joie la liturgie de ce Carême, nous te supplions, Seigneur : nous vivons déjà du mystère de Pâques, accorde-nous le bonheur d’en goûter pleinement les fruits. Par Jésus Christ.

 

Première lecture : Osée 6, 1-6

     Venez, retournons vers le Seigneur ! il a blessé, mais il nous guérira ; il a frappé, mais il nous soignera. Après deux jours, il nous rendra la vie ; il nous relèvera le troisième jour : alors, nous vivrons devant sa face. Efforçons-nous de connaître le Seigneur : son lever est aussi sûr que l’aurore ; il nous viendra comme la pluie, l’ondée qui arrose la terre. – Que ferai- je de toi, Éphraïm ? Que ferai- je de toi, Juda ? Votre fidélité, une brume du matin, une rosée d’aurore qui s’en va. Voilà pourquoi j’ai frappé par mes prophètes, donné la mort par les paroles de ma bouche : mon jugement jaillit comme la lumière. Je veux la fidélité, non le sacrifice, la connaissance de Dieu plus que les holocaustes.

 

Psaume 50 (51), 3-4, 18-19, 20-21ab

R/ Tu veux la fidélité, Seigneur, non le sacrifice. cf. Os 6, 6a

 

1.   Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, selon ta grande miséricorde, efface mon péché. Lave- moi tout entier de ma faute, purifie- moi de mon offense.

 

2.  Si j’offre un sacrifice, tu n’en veux pas, tu n’acceptes pas d’holocauste. Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé ; tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé.

 

3.  Accorde à Sion le bonheur, relève les murs de Jérusalem. Alors tu accepteras de justes sacrifices, oblations et holocaustes sur ton autel.

 

4.  Tes paroles, Seigneur, sont esprit et elles sont vie. Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur, mais écoutez la voix du Seigneur. Tes paroles, Seigneur, sont esprit et elles sont vie.

 

Acclamation

     Tes paroles, Seigneur, sont esprit et elles sont vie.Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur, mais écoutez la voix du Seigneur. Tes paroles, Seigneur, sont esprit et elles sont vie.(cf. Ps 94, 8a,7d)

 

Évangile : Luc 18, 9-14

En ce temps-là, à l’adresse de certains qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient les autres, Jésus dit la parabole que voici : « Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L’un était pharisien, et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts). Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même: “Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes – ils sont voleurs, injustes, adultères –, ou encore comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne.” Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : “Mon Dieu, montre- toi favorable au pécheur que je suis !” Je vous le déclare : quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. »

 

Prière sur les offrandes

     Dieu qui nous dispenses ta grâce, pour que nous approchions de tes mystères avec un cœur purifié, donne-nous de savoir répondre à ta grâce en confessant que tout nous vient de toi. Par Jésus.

 

Antienne de communion : Ps 102, 2-3

     Bénis le Seigneur, Ô mon âme, n’oublie aucun de ses bienfaits, car il pardonne toutes tes offenses.

 

Prière après la communion

     Dans ta miséricorde, Seigneur notre Dieu, tu ne cesses de nous combler par tes sacrements : donne-nous de les célébrer toujours avec respect et de les recevoir avec foi. Par Jésus.

 

 

 

 

 

MÉDITATION

L’évangile de ce jour nous donne de contempler l’humilité du publicain, considéré comme pécheur, un exclu du Royaume de Dieu par le Pharisien. Comme le texte le dit clairement, le pharisien était convaincu d’être juste et méprisait tous les autres. Mais ceci ne lui suffit pas. Il va au Temple et y présente une prière pleine d’arrogance, en plus d’accuser d’humilier le publicain : « Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes: voleurs, injustes, adultères, ou encore comme ce publicain ». A l’inverse, publicain, reconnaissant son état de pécheur et se tenant à distance, va implorer la pitié du Seigneur. Son attitude humble lui ouvrira la porte de la justification. Il sera exaucé et deviendra juste aux yeux du Seigneur. Imitons l’humilité du publicain.

Vous pouvez aussi aimer