Lundi 19 Octobre 2020

ROUGE

Saints Jean de Brébeuf et Isaac Jogues, prêtres, et leurs compagnons, martyrs

Parmi les apôtres qui évangélisèrent le Canada, huit jésuites français, en mission chez les Iroquois et les Hurons, furent martyrisés entre 1642 et 1649 Isaac Jogues (1607-1446), déjà torturé une première fois en 1642, voulut retourner chez les Iroquois : en 1646, un tomahawk lui brisa le crâne ; avec lui mourut Jean de lande, un laïc. En 1649, Jean de Brébeuf fut atrocement mutilé, puis mis à mort. Telles furent les semailles de l’Eglise en Amérique du Nord.

Saint Paul de la Croix, prêtre

D’abord soldat, Paul Danei (1694-1775) se retire en 1720 dans un ermitage en Toscane. Ce contemplatif, ordonné prêtre en 1726, parcourt l’Italie pour prêcher des missions. Il fonde l’Institut des Passionistes dont le but est de faire aimer le Christ crucifié en prêchant sa Passion. La règle, extrêmement dure, met l’accent sur le renoncement et la pauvreté totale. Le saint mourut à Rome, épuisé d’austérités, la maladie et les travaux apostoliques.

Saint René

Avec plusieurs autres missionnaires jésuites, il fut cruellement mis à mort par les Iroquois et les Hurons alors qu’ils leur apportaient la paix et la liberté de l’Evangile. Ils ont été canonisés ensemble en 1930 et déclarés patrons secondaires du Canada.

Antienne d’ouverture : Ps 16, 6 .8

Je t’appelle, mon Dieu, car tu peux me répondre. Écoute-moi! Entends ce que je dis. Garde-moi comme la prunelle de l’œil; sois mon abri, protège-moi.

Prière d’ouverture :

Dieu éternel et tout-puissant, Fais-nous toujours vouloir ce que tu veux et servir ta gloire d’un coeur sans partage. Par Jésus Christ.

1ère lecture : Ep 2, 1-10

Frères, vous étiez des morts, par suite des fautes et des péchés qui marquaient autrefois votre conduite, soumise aux forces mauvaises de ce monde, au prince du mal qui s’interpose entre le ciel et nous, et dont le souffle est maintenant à l’œuvre en ceux qui désobéissent à Dieu. Et nous aussi, nous étions tous de ceux-là, quand nous vivions suivant les convoitises de notre chair, cédant aux caprices de la chair et des pensées, nous qui étions, de par nous-mêmes, voués à la colère comme tous les autres. Mais Dieu est riche en miséricorde ; à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions des morts par suite de nos fautes, il nous a donné la vie avec le Christ : c’est bien par grâce que vous êtes sauvés. Avec lui, il nous a ressuscités et il nous a fait siéger aux cieux, dans le Christ Jésus. Il a voulu ainsi montrer, au long des âges futurs, la richesse surabondante de sa grâce, par sa bonté pour nous dans le Christ Jésus. C’est bien par la grâce que vous êtes sauvés, et par le moyen de la foi. Cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Cela ne vient pas des actes : personne ne peut en tirer orgueil. C’est Dieu qui nous a faits, il nous a créés dans le Christ Jésus, en vue de la réalisation d’œuvres bonnes qu’il a préparées d’avance pour que nous les pratiquions.

 

Psaume : 99 (100), 1-2, 3, 4, 5

R/Dieu nous a faits, et nous sommes à lui.

  1. Acclamez le Seigneur, terre entière, servez le Seigneur dans l’allégresse, venez à lui avec des chants de joie !
  2. Reconnaissez que le Seigneur est Dieu :il nous a faits, et nous sommes à lui, nous, son peuple, son troupeau.
  3. Venez dans sa maison lui rendre grâce, dans sa demeure chanter ses louanges ; rendez-lui grâce et bénissez son nom !
  4. Oui, le Seigneur est bon, éternel est son amour, sa fidélité demeure d’âge en âge.

Acclamation :

Alléluia. Alléluia.  Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux ! Alléluia. (Mt 5, 3)

Evangile : Lc 12, 13-21

En ce temps-là, du milieu de la foule, quelqu’un demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. » Jésus lui répondit : « Homme, qui donc m’a établi pour être votre juge ou l’arbitre de vos partages ? » Puis, s’adressant à tous : « Gardez-vous bien de toute avidité, car la vie de quelqu’un, même dans l’abondance, ne dépend pas de ce qu’il possède. » Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont le domaine avait bien rapporté. Il se demandait : “Que vais-je faire ? Car je n’ai pas de place pour mettre ma récolte.” Puis il se dit : “Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y mettrai tout mon blé et tous  mes biens. Alors je me dirai à moi-même : Te voilà donc avec de nombreux biens à ta disposition, pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.” Mais Dieu lui dit : “Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?” Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. »

Prière sur les offrandes :

Accorde-nous, Seigneur, de te servir à cet autel en toute liberté d’esprit. Ainsi ta grâce pourra nous purifier dans le mystère que nous célébrons. Par Jésus.

Antienne de la communion : Ps 32, 18-19

Le Seigneur veille sur ceux qui le craignent, sur ceux qui espèrent son amour, pour les préserver de la mort, les garder en vie aux jours de famine.

Prière après la communion :

Seigneur, fais-nous trouver des forces neuves dans cette communion aux réalités du ciel. Assure-nous tes bienfaits  ici-bas et instruis-nous des richesses de ton Royaume. Par Jésus.

Vous pouvez aussi aimer