5 Novembre

Sainte Sylvie ; Zacharie

Sylvie, grande dame romaine, consacra sa vie à son fils, le pape Grégoire le Grand. Elle était si attentive qu’elle se préoccupait des détails des menus des repas afin qu’il soit en parfaite santé.

Antienne  d’ouverture : Ps 37, 22-23

Ne m’abandonne pas, Seigneur, mon Dieu, ne reste pas loin de moi. Hâte-toi de venir à mon aide, toi, ma force et mon salut.

Prière  d’ouverture

Dieu de puissance et de miséricorde, c’est ta grâce qui donne à tes fidèles de pouvoir dignement te servir. Accorde-nous de progresser sans que rien nous arrête vers les biens que tu promets. Par Jésus Christ.

1ère lecture :Ph 2, 1-4

Frères, s’il est vrai que, dans le Christ, on se réconforte les uns les autres, si l’on s’encourage avec amour, si l’on est en communion dans l’Esprit, si l’on a de la tendresse et de la compassion, alors, pour que ma joie soit complète, ayez les mêmes dispositions, le même amour, les mêmes sentiments ; recherchez l’unité. Ne soyez jamais intrigants ni vaniteux, mais ayez assez d’humilité pour estimer les autres supérieurs à vous-mêmes. Que chacun de vous ne soit pas préoccupé de ses propres intérêts ; pensez aussi à ceux des autres.

Psaume :130 (131), 1, 2, 3

R/ Garde mon âme dans la paix près de toi, Seigneur.

  1. Seigneur, je n’ai pas le cœur fier ni le regard ambitieux ; je ne poursuis ni grands desseins, ni merveilles qui me dépassent.
  2. Non, mais je tiens mon âme égale et silencieuse ; mon âme est en moi comme un enfant, comme un petit enfant contre sa mère.
  3. Attends le Seigneur, Israël, maintenant et à jamais.

Acclamation :

Alléluia. Alléluia. Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; alors vous connaîtrez la vérité, dit le Seigneur. Alléluia. (Jn 8, 31b-32)

Evangile : Lc 14, 12-14

En ce temps-là, Jésus disait au chef des pharisiens qui l’avait invité : « Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins ; sinon, eux aussi te rendraient l’invitation et ce serait pour toi un don en retour. Au contraire, quand tu donnes une réception, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles ; heureux seras-tu, parce qu’ils n’ont rien à te donner en retour : cela te sera rendu à la résurrection des justes. »

Prière  sur  les  offrandes :

Seigneur, que cette eucharistie soit pour toi une offrande pure, et pour nous, le don généreux de ta miséricorde. Par Jésus.

Antienne  de  communion : Ps 15,11

Tu m’as montré, Seigneur, la route de la vie, tu m ’as rempli de joie par ta présence.

Prière  après  la  communion :

De plus en plus, Seigneur, exerce en nous ta puissance: afin que, fortifiés par tes sacrements, nous devenions capables, avec ta grâce, d ’entrer en possession des biens qu ’ils promettent. Par Jésus.

Jésus vient de guérir un  homme malade et participe au repas que lui offre un pharisien. La véritable vie n’est pas une affaire d’accords entre les personnes de la même classe sociale. La vie véritable ne se gagne pas en collectant les honneurs ; un homme n’est pas non plus grand quand il recherche simplement sa grandeur. La véritable vie se gagne dans la gratuité du service à son prochain, et, la véritable grandeur est l’expression du don qu’on offre aux autres et qu’on reçoit des autres. Dans la fête de la vie, la loi définitive ne saurait jamais être celle du donnant-donnant. Cela convertirait le monde en un vaste négoce. Quand on donne, on doit avoir la liberté de se donner sans rien attendre en retour. C’est cela s’encourager, être en communion dans l’Esprit, c’est cela avoir les mêmes sentiments. Voilà ce qui procure la joie parfaite, don de Dieu.