7 Mai Bienheureuse Gisèle

Antienne  d’ouverture :  Rm  6,  9

Le Christ, ressuscité des morts, ne meurt plus ; sur lui la mort n’a plus aucun pouvoir, alléluia.

Prière  d’ouverture :

Accorde-nous, Dieu très bon, de voir fructifier tout au long de notre vie les grâces que nous offre le temps pascal. Par Jésus Christ.

 

1ère lecture : Ac 16, 11-15

Avec Paul, de Troas nous avons gagné le large et filé tout droit sur l’île de Samothrace, puis, le lendemain, sur Néapolis, et ensuite sur Philippes, qui est une cité du premier district de Macédoine et une colonie romaine. Nous avons passé un certain temps dans cette ville et, le jour du sabbat, nous en avons franchi la porte pour rejoindre le bord de la rivière, où nous pensions trouver un lieu de prière. Nous nous sommes assis, et nous avons parlé aux femmes qui s’étaient réunies. L’une d’elles nommée Lydie, une négociante en étoffes de pourpre, originaire de la ville de Thyatire, et qui adorait le Dieu unique, écoutait. Le Seigneur lui ouvrit l’esprit pour la rendre attentive à ce que disait Paul. Quand elle fut baptisée, elle et tous les gens de sa maison, elle nous adressa cette invitation : « Si vous avez  reconnu ma foi au Seigneur, venez donc dans ma maison pour y demeurer. » C’est ainsi qu’elle nous a forcé la main.

 

Psaume : 149, 1-2, 3-4, 5-6a.9b

R/ Le Seigneur aime son peuple !

  1. Chantez au Seigneur un chant nouveau, louez-le dans l’assemblée de ses fidèles ! En Israël, joie pour son créateur ; dans Sion, allégresse pour son Roi !
  2. Dansez à la louange de son nom, jouez pour lui, tambourins et cithares ! Car le Seigneur aime son peuple, il donne aux humbles l’éclat de la victoire.
  3. Que les fidèles exultent, glorieux, criant leur joie à l’heure du triomphe. Qu’ils proclament les éloges de Dieu : c’est la fierté de ses fidèles.

 

Acclamation :

Alléluia. Alléluia. L’Esprit de vérité, rendra témoignage en ma faveur, dit le Seigneur. Et vous aussi, vous allez rendre témoignage. Alléluia. (cf. Jn 15, 26b.27a)

 

Evangile : Jn 15, 26-16, 4

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur. Et vous aussi, vous allez rendre témoignage, car vous êtes avec moi depuis le commencement. Je vous parle ainsi, pour que vous ne soyez pas scandalisés. On vous exclura des assemblées. Bien plus, l’heure vient où tous ceux qui vous tueront s’imagineront qu’ils rendent un culte à Dieu. Ils feront cela, parce qu’ils n’ont connu ni le Père ni moi. Eh bien, voici pourquoi je vous dis cela : quand l’heure sera venue, vous vous souviendrez que je vous l’avais dit. »

 

Prière  sur  les  offrandes :

Accueille, Seigneur, les dons de ton Eglise en fête : tu es à l’origine d’un si grand bonheur, qu’il s’épanouisse en joie éternelle. Par Jésus.

 

Antienne  de  communion : Jn 20, 19

Jésus, debout au milieu des disciples, leur dit : «La paix soit avec vous», alléluia.

 

Prière  après  la  communion :

Regarde avec bonté, Seigneur, le peuple que tu as rénové par tes sacrements ; accorde-nous de parvenir  à la résurrection bienheureuse, toi qui nous as destinés à connaître ta gloire. Par Jésus.

Le Saint-Esprit est l’acteur principal de la mission de l’Eglise, c’est lui qui continue à donner vie au témoignage de l’Eglise comme il l’a fait avec les premiers témoins du Christ.  Ainsi, ce n’est pas à nous de chercher à convaincre les cœurs, mais d’ouvrir nos cœurs à l’œuvre de sa grâce. Il est le défenseur qui rend éclatant la vérité du message que nous annonçons au péril de notre vie. Aussi, le Christ nous invite-t-il à aspirer fortement à le recevoir dans notre vie comme ceux qui lui rendent témoigne et nous ouvre à l’exigence de témoignage comme le lieu d’affirmation de notre foi.

Laisser un commentaire