MARDI 01 JANVIER 2019

Sainte Marie Mère de Dieu ; Journée mondiale de la Paix

Psautier Propre

 

Marie fut proclamée Mère de Dieu par le concile d’Éphèse en 431, suite à l’hérésie nestorienne qui, niant la double nature humaine et divine de Jésus, ne reconnaissait pas de ce fait Marie comme Mère de Dieu, mais uniquement comme Mère du Christ. La reconnaissance de la maternité divine atteste la filiation divine de Jésus qui n’altère en rien son humanité.

 

Blanc

 

Antienne d’ouverture

  « Nous te saluons, Mère très sainte: tu as mis au monde le Roi qui gouverne le ciel et la terre pour les siècles sans fin».

 

Prière d’ouverture

  Dieu tout-puissant, par la maternité virginale de la bienheureuse Marie, tu as offert au genre humain les trésors du salut éternel ; accorde-nous de sentir qu’intervient en notre faveur celle qui nous permit d’accueillir l’auteur de la vie, Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur. Lui qui.

 

Première lecture: Nb 6, 22-27

  Le Seigneur parla à Moïse. Il dit : « Parle à Aaron et à ses fils. Tu leur diras: Voici en quels termes vous bénirez les fils d’Israël: “Que le Seigneur te bénisse et te garde! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il te prenne en grâce! Que le Seigneur tourne vers toi son visage, Ils invoqueront ainsi mon nom sur les fils d’Israël, et moi, je les bénirai.

 

Psaume 66 (67), 2-3, 5, 6.8

R/ Que Dieu nous prenne en grâce et qu’il nous bénisse ! (Ps 66, 2)

 

1. Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse, que son visage s’illumine pour nous ; et ton chemin sera connu sur la terre, ton salut, parmi toutes les nations.

 

 

2. Que les nations chantent leur joie, car tu gouvernes le monde avec justice ; tu gouvernes les peuples avec droiture, sur la terre, tu conduis les nations.

 

3. Que les peuples, Dieu, te rendent grâce ; qu’ils te rendent grâce tous ensemble ! Que Dieu nous bénisse, et que la terre tout entière l’adore !

 

Deuxième lecture: Galates 4, 4-7

Frères, lorsqu’est venue la plénitude des temps, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme et soumis à la loi de Moïse, afin de racheter ceux qui étaient soumis à la Loi et pour que nous soyons adoptés comme fils. Et voici la preuve que vous êtes des fils: Dieu a envoyé l’Esprit de son Fils dans nos cœurs, et cet Esprit crie « Abba ! », c’est-à-dire: Père ! Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils, et puisque tu es fils, tu es aussi héritier: c’est l’œuvre de Dieu.

 

Acclamation

Alléluia. Alléluia.À bien des reprises, Dieu, dans le passé, a parlé à nos pères par les prophètes ; à la fin, en ces jours où nous sommes, il nous a parlé par son Fils. Alléluia.

(Cf. He 1, 1-2)

 

Évangile: Luc 2, 16-21

  En ce temps-là, les bergers se hâtèrent d’aller à Bethléem, et ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire. Après avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. Et tous ceux qui entendirent s’étonnaient de ce que leur racontaient les bergers. Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, selon ce qui leur avait été annoncé. Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l’enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception.

 

Prière sur les offrandes

  Tu es à l’origine de tous les biens, Seigneur, et tu les mènes à leur plein développement ; puisque cette fête de Marie, Mère de Dieu, nous fait célébrer notre salut dans son germe, donne-nous la joie d’en recueillir tous les fruits. Par Jésus.

 

Antienne de la communion: He 13, 8

 Jésus Christ est le même hier, aujourd’hui et pour les siècles

 

Prière après la communion

  Nous avons communié à ton sacrement, Seigneur, en ce jour où nous saluons avec fierté, dans la bienheureuse Vierge Marie, La Mère de ton Fils, et la Mère de l’Église ; que cette communion fasse grandir en nous la vie éternelle. Par Jésus.

 

 

MÉDITATION

  Le premier jour de l’an constitue une occasion de se souhaiter mutuellement du bien. Mais que valent réellement ces bénédictions ? La première lecture de ce jour nous rappelle que Dieu est la source de toute bénédiction véritable et l’être humain n’en constitue que le canal ou le moyen. Si le canal que nous constituons est défectueux, il est évident que la bénédiction n’atteint pas efficacement sa cible. Ce qui peut altérer la transmission de la bénédiction divine, c’est par exemple le refus d’aimer et de pardonner. Avant toute bénédiction, il faut un réel pardon, une réconciliation effective et une paix certaine. Ai-je pardonné ? Suis-je réconcilié ou pacifié avec moi-même et avec les autres lorsque je leur adresse mes vœux ? La bénédiction de Dieu nous est sans cesse proposée. Mais il nous revient de l’accueillir et d’en faciliter l’accès aux autres à travers de bonnes dispositions et attitudes.

Vous pouvez aussi aimer