Bienheureuse Clémence

Devenue veuve du comte de Spanheim, elle se fit religieuse à l’abbaye bénédictine de Trèves en Rhénanie, où elle mourut en 1176.

 

Violet

Antienne d’ouverture : Ps 139, 23-24

     Scrute-moi, mon Dieu, et tu connaîtras mon cœur. Vois si le mal ne fait pas en moi son chemin et conduis-moi sur le chemin d’éternité.

 

Prière d’ouverture

     Dieu qui aimes l’innocence et la fais recouvrer, oriente vers toi le cœur de tes fidèles, pour que, dociles à ton Esprit, ils soient fermes dans la foi et vraiment efficaces. Par Jésus Christ.

 

Première lecture : Jérémie 17, 5-10

     Ainsi parle le Seigneur : Maudit soit l’homme qui met sa foi dans un mortel, qui s’appuie sur un être de chair, tandis que son cœur se détourne du Seigneur. Il sera comme un buisson sur une terre désolée, il ne verra pas venir le bonheur. Il aura pour demeure les lieux arides du désert, une terre salée, inhabitable. Béni soit l’homme qui met sa foi dans le Seigneur, dont le Seigneur est la confiance. Il sera comme un arbre, planté près des eaux, qui pousse, vers le courant, ses racines. Il ne craint pas quand vient la chaleur: son feuillage reste vert. L’année de la sécheresse, il est sans inquiétude : il ne manque pas de porter du fruit. Rien n’est plus faux que le cœur de l’homme, il est incurable. Qui peut le connaître ? Moi, le Seigneur, qui pénètre les cœurs et qui scrute les reins, afin de rendre à chacun selon sa conduite, selon le fruit de ses actes.

 

Psaume 1, 1-2, 3, 4.6

R/ Heureux est l’homme qui met sa foi dans le Seigneur 39, 5a

 

 

1.   Heureux est l’homme qui n’entre pas au conseil des méchants, qui ne suit pas le chemin des pécheurs, ne siège pas avec ceux qui ricanent, mais se plaît dans la loi du Seigneur et murmure sa loi jour et nuit !

 

2.  Il est comme un arbre planté près d’un ruisseau, qui donne du fruit en son temps, et jamais son feuillage ne meurt ; tout ce qu’il entreprend réussira. Tel n’est pas le sort des méchants.

 

3.  Mais ils sont comme la paille balayée par le vent. Le Seigneur connaît le chemin des justes, mais le chemin des méchants se perdra.

 

Acclamation

     Ta parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance.Heureux ceux qui ont entendu la Parole dans un cœur bon et généreux, qui la retiennent et portent du fruit par leur persévérance. Ta parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance. (cf. Lc 8, 15)

 

Évangile : Luc 16, 19-31

     En ce temps-là, Jésus disait aux pharisiens : « Il y avait un homme riche, vêtu de pourpre et de lin fin, qui faisait chaque jour des festins somptueux. Devant son portail gisait un pauvre nommé Lazare, qui était couvert d’ulcères. Il aurait bien voulu se rassasier de ce qui tombait de la table du riche; mais les chiens, eux, venaient lécher ses ulcères. Or le pauvre mourut, et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi, et on l’enterra. Au séjour des morts, il était en proie à la torture ; levant les yeux, il vit Abraham de loin et Lazare tout près de lui. Alors il cria : “Père Abraham, prends pitié de moi et envoie Lazare tremper le bout de son doigt dans l’eau pour me rafraîchir la langue, car je souffre terriblement dans cette fournaise. – Mon enfant, répondit Abraham, rappelle-toi : tu as reçu le bonheur pendant ta vie, et Lazare, le malheur pendant la sienne. Maintenant, lui, il trouve ici la consolation et toi, la souffrance. Et en plus de tout cela, un grand abîme a été établi entre vous et nous, pour que ceux qui voudraient passer vers vous ne le puissent pas, et que, de là-bas non plus, on ne traverse pas vers nous. ”Le riche répliqua : “Eh bien ! père, je te prie d’envoyer Lazare dans la maison de mon père. En effet, j’ai cinq frères: qu’il leur porte son témoignage, de peur qu’eux aussi ne viennent dans ce lieu de torture !” Abraham lui dit : “Ils ont Moïse et les Prophètes : qu’ils les écoutent ! – Non, père Abraham, dit-il, mais si quelqu’un de chez les morts vient les trouver, ils se convertiront.” Abraham répondit : “S’ils n’écoutent pas Moïse ni les Prophètes, quelqu’un pourra bien ressusciter d’entre les morts : ils ne seront pas convaincus.” » 

 

Prière sur les offrandes

     Par cette Eucharistie, Seigneur, sanctifie nos œuvres de pénitence, pour que l’entraînement du carême aboutisse à la vraie conversion du cœur. Par Jésus.

 

Antienne de   communion : Ps 118, 1

     Heureux, les hommes d’une conduite irréprochable qui suivent la loi du Seigneur.

 

Prière après la communion

     Que cette communion, Seigneur, demeure agissante en nous et prolonge son effet dans notre vie. Par Jésus.

 

 

MÉDITATION

Le vrai bonheur réside en Dieu, comprenons-nous de l’extrait du livre de Jérémie de ce jour. Pour être heureux et béni d’après Jérémie, il faut mettre sa confiance dans le Seigneur: « Béni soit l’homme qui met sa foi dans le Seigneur, dont le Seigneur est la confiance ». Chers frères et sœurs, cette parole prophétique est d’actualité dans la mesure où elle nous interpelle et nous invite à relativiser les biens de la terre, les richesses de ce monde qui nous aveuglent devant les cris de nos frères et sœurs. Le renversement de la situation de l’homme riche et du pauvre Lazare au ciel nous en dit plus. L’homme riche n’a pas compris, sur terre, que le vrai bonheur consistait à voir Dieu en son prochain qui avait besoin de son aide. Au ciel, c’est le pauvre Lazare, dépourvu de tout, qui sera récompensé. Soyons attentifs aux appels et situations de nos frères et sœurs, et écoutons la voix du Seigneur qui nous parle dans les pauvres de ce monde.