Lundi 25 Mars 2019

Annonciation du Seigneur

« Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique pour que quiconque croit en lui ait la vie éternelle, et pour que le monde soit sauvé par lui » (Jn 3,16). Voilà pourquoi le Verbe s’est fait chair. Le Fils de Dieu s’est fait homme pour que les hommes puissent devenir enfants de Dieu. Mais Dieu n’impose pas ses dons ; il nous respecte ; il nous demande de croire en son amour et d’accueillir librement ses dons, comme des signes de cet amour sauveur. A l’heure même où va se réaliser le mystère de l’Incarnation, Il attend le consentement de celle qu’il a choisie pour être la Mère de son Fils. La foi d’une humble Vierge accueille le Sauveur du monde. Pour accueillir le salut gratuit que Jésus apporte, chacun de nous doit imiter la foi de Marie.

Blanc

Antienne d’ouverture : He 10,5.7

     « Le Christ, en entrant dans le monde, dit “me voici, mon Dieu ; je viens pour faire ta volonté” »

 

Prière d’ouverture

     Seigneur, tu as voulu que ton Verbe prît chair dans le sein de la Vierge Marie ; puisque nous reconnaissons en lui notre Rédempteur, à la fois homme et Dieu, accorde-nous d’être participants de sa nature divine. Lui qui.

 

Première lecture : Isaïe 7, 10-14; 8, 10

     En ces jours-là, le Seigneur parla ainsi au roi Acaz : « Demande pour toi un signe de la part du Seigneur ton Dieu, au fond du séjour des morts ou sur les sommets, là-haut. » Acaz répondit : « Non, je n’en demanderai pas, je ne mettrai pas le Seigneur à l’épreuve. » Isaïe dit alors : « Écoutez, maison de David ! Il ne vous suffit donc pas de fatiguer les hommes: il faut encore que vous fatiguiez mon Dieu ! C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici que la vierge est enceinte, elle enfantera un fils, qu’elle appellera Emmanuel, car Dieu est avec nous. »

 

Psaume 39 (40), 7-8a, 8b-9, 10,11

R/ Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté. (Cf. Ps 39, 8a.9a)

 

1.   Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice, tu as ouvert mes oreilles; tu ne demandais ni holocauste ni victime, alors j’ai dit : « Voici, je viens.

2.  « Dans le livre, est écrit pour moi ce que tu veux que je fasse. Mon Dieu, voilà ce que j’aime : ta loi me tient aux entrailles. »

 

3.  J’annonce la justice dans la grande assemblée ; vois, je ne retiens pas mes lèvres, Seigneur, tu le sais.

4.  Je n’ai pas enfoui ta justice au fond de mon cœur, je n’ai pas caché ta fidélité, ton salut ; j’ai dit ton amour et ta vérité à la grande assemblée.

 

Deuxième lecture : Hébreux 10, 4-10

Frères, il est impossible que du sang de taureaux et de boucs enlève les péchés. Aussi, en entrant dans le monde, le Christ dit : Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps. Tu n’as pas agréé les holocaustes ni les sacrifices pour le péché; alors, j’ai dit : Me voici, je suis venu, mon Dieu, pour faire ta volonté, ainsi qu’il est écrit de moi dans le Livre. Le Christ commence donc par dire : Tu n’as pas voulu ni agréé les sacrifices et les offrandes, les holocaustes et les sacrifices pour le péché, ceux que la Loi prescrit d’offrir. Puis il déclare: Me voici, je suis venu pour faire ta volonté. Ainsi, il supprime le premier état de choses pour établir le second. Et c’est grâce à cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande que Jésus Christ a faite de son corps, une fois pour toutes.

 

Acclamation

     Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus !Le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire. Venez, adorons-le. Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus !(cf. Jn 1, 14)

 

Évangile : Luc 1, 26-38

     En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors: « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange: «Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme?» L’ange lui répondit : «L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur; que tout m’advienne selon ta parole.» Alors l’ange la quitta.

 

Prière sur les offrandes

     Daigne accepter, Dieu tout-puissant, les dons offerts par ton Église : elle n’oublie pas qu’elle a commencé le jour où ton Verbe s’est fait chair ; accorde-nous, en cette fête de l’Annonciation, de célébrer avec joie les mystères du Christ. Lui qui.

 

Antienne de la communion : Is 7,14

     « Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils, et on lui donnera pour nom Emmanuel, ce qui veut dire : “Dieu avec nous”. »  

 

Prière après la communion

Par cette communion, Seigneur, fortifies-en nos cœurs la vraie foi, afin qu’ayant proclamé le fils de la Vierge vrai Dieu et vrai homme, nous parvenions au salut et à la joie éternelle par la puissance de sa résurrection. Lui qui.

 

 

MÉDITATION

Pour le peuple de Dieu, célébrer la Solennité de l’Annonciation du Seigneur, c’est célébrer l’Incarnation du Verbe. Et célébrer l’Incarnation du Verbe, c’est célébrer la Rédemption. La Vierge Marie, privilégiée de Dieu et comblée de grâces, est associée à ces deux événements inséparables (L’Incarnation et la Rédemption). C’est la raison d’être de l’annonce de l’ange Gabriel : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus », le Sauveur et le Seigneur de l’humanité. Quelle résonance ces paroles de l’ange éveillent en nous aujourd’hui ? Chacun de nous, de par sa consécration baptismale, est associé par Dieu à son projet d’amour et du salut des hommes. Il nous rassure pour que nous y participions-nous aussi. Que la Vierge Marie intercède pour nous afin que, ouverts à la volonté de Dieu, nous soyons des instruments du salut pour l’humanité.

Vous pouvez aussi aimer