Mardi 07 Mai 2019

Bienheureuse Gisèle

Elle fut l’épouse du roi saint Étienne de Hongrie, prince d’une grande bonté qui, dit-on, était toujours d’humeur joyeuse. Elle participa avec lui à l’évangélisation de son pays. A la mort du roi, elle fut chassée du royaume et se retira au monastère de Niederburg dont elle devint l’abbesse.

 

Blanc

Antienne d’ouverture : Ap 19, 5; 12, 10

     Célébrez notre Dieu, serviteurs du Seigneur, vous tous qui le craignez, les petits et grands, voici maintenant le salut, le règne et la puissance de son Christ, alléluia.

 

Prière d’ouverture

     Seigneur, tu ouvres ton Royaume à ceux qui renaissent de l’eau et de l’Esprit ; fais croître en eux la grâce pour que, déjà purifiés de leurs fautes, ils ne rendent vaine aucune de tes promesses. Par Jésus Christ.

 

Première lecture : Act 7, 51 – 8,1a

     En ces jours-là, Étienne disait au peuple, aux anciens et aux scribes : « Vous qui avez la nuque raide, vous dont le cœur et les oreilles sont fermés à l’Alliance, depuis toujours vous résistez à l’Esprit Saint ; vous êtes bien comme vos pères ! Y a-t-il un prophète que vos pères n’aient pas persécuté ? Ils ont même tué ceux qui annonçaient d’avance la venue du Juste, celui-là que maintenant vous venez de livrer et d’assassiner. Vous qui aviez reçu la loi sur ordre des anges, vous ne l’avez pas observée. » Ceux qui écoutaient ce discours avaient le cœur exaspéré et grinçaient des dents contre Étienne. Mais lui, rempli de l’Esprit Saint, fixait le ciel du regard :il vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu. Il déclara : « Voici que je contemple les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. » Alors ils poussèrent de grands cris et se bouchèrent les oreilles. Tous ensemble, ils se précipitèrent sur lui, l’entraînèrent hors de la ville et se mirent à le lapider. Les témoins avaient déposé leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme appelé Saul. Etienne, pendant qu’on le lapidait, priait ainsi : « Seigneur Jésus, reçois mon esprit. » Puis, se mettant à genoux, il s’écria d’une voix forte : « Seigneur, ne leur compte pas ce péché. » Et, après cette parole, il s’endormit dans la mort. Quant à Saul, il approuvait ce meurtre.

 

Psaume 30 (31), 3bc.4, 6.7b.8a, 17.20cd

R/ En tes mains, Seigneur, je remets mon esprit. Ou : Alléluia ! 30,6a

 

1.   Sois le rocher qui m’abrite, la maison fortifiée qui me sauve. Ma forteresse et mon roc, c’est toi : pour l’honneur de ton nom, tu me guides et me conduis.

 

2.  En tes mains je remets mon esprit ; tu me rachètes, Seigneur, Dieu de vérité. Moi, je suis sûr du Seigneur. Ton amour me fait danser de joie.

 

3.  Sur ton serviteur, que s’illumine ta face ; sauve-moi par ton amour. Tu combles, à la face du monde, ceux qui ont en toi leur refuge.

 

Acclamation

     Alléluia. Alléluia.Moi, je suis le pain de la vie, dit le Seigneur, celui qui vient à moi n’aura jamais faim. Alléluia.(Jn 6, 35)

Évangile : Jean 6, 30-35

En ce temps-là, la foule dit à Jésus : « Quel signe vas-tu accomplir pour que nous puissions le voir, et te croire? Quelle œuvre vas-tu faire? Au désert, nos pères ont mangé la manne ; comme dit l’Écriture: Il leur a donné à manger le pain venu du ciel. » Jésus leur répondit: « Amen, amen, je vous le dis : ce n’est pas Moïse qui vous a donné le pain venu du ciel ; c’est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel. Car le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. » Ils lui dirent alors: « Seigneur, donne-nous toujours de ce pain-là. » Jésus leur répondit: «Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura jamais soif. »

 

Prière sur les offrandes

     Accueille, Seigneur, les dons de ton Église en fête : tu es à l’origine d’un si grand bonheur, qu’il s’épanouisse en joie éternelle. Par Jésus.

 

Antienne de communion : Rm 6, 8

     Si nous sommes passés par la mort avec le Christ, nous vivrons aussi avec lui ; telle est notre foi, alléluia.

 

Prière après la communion

     Regarde avec bonté, Seigneur, le peuple que tu as rénové par  tes  sacrements ;  accorde-nous  de parvenir  à  la résurrection  bienheureuse, toi  qui  nous as  destinés  à connaître ta gloire. Par Jésus.

 

MÉDITATION

Quels que soient les signes que Dieu nous donne, nous ne pourrons jamais le voir ni croire en Lui si nous bouchons notre cœur et nos oreilles, en comptant sur nos seuls raisonnements et visions des choses. Apprendre à s’ouvrir sans verser dans le laxisme est une valeur que le chrétien ne doit jamais perdre. Car, c’est ainsi qu’il pourra combler sa faim et soif de Dieu. Cette faim et cette soif, Jésus les comble à chaque Eucharistie. Nous ne pourrons jamais approcher ce mystère, à moins de changer de catégorie de pensées, pour adopter celle du Christ.

Vous pouvez aussi aimer