Sainte Solange

Cette humble fille qui voulait se consacrer pleinement à Dieu refusa d’épouser le fils du comte de Poitiers. Usant de plusieurs subterfuges desquels elle put se soustraire, ce dernier, fou de rage lui trancha la tête en 880.

 

Blanc

Antienne d’ouverture : Ap 5, 12

     Il est digne, l’Agneau immolé, de recevoir puissance, divinité, sagesse, force et honneur, alléluia.

 

Prière d’ouverture

     Nous t’en prions, Dieu tout-puissant, nous qui avons reçu la grâce de savoir que le Christ est ressuscité : que ton Esprit d’amour nous fasse vivre une vie nouvelle. Par Jésus.

 

Première lecture : Act 9, 1-20

     En ces jours-là, Saul était toujours animé d’une rage meurtrière contre les disciples du Seigneur. Il alla trouver le grand prêtre et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas, afin que, s’il trouvait des hommes et des femmes qui suivaient le Chemin du Seigneur, il les amène enchaînés à Jérusalem. Comme il était en route et approchait de Damas, soudain une lumière venant du ciel l’enveloppa de sa clarté. Il fut précipité à terre; il entendit une voix qui lui disait : «Saul, Saul, pourquoi me persécuter?» Il demanda : « Qui es-tu, Seigneur?» La voix répondit : « Je suis Jésus, celui que tu persécutes. Relève-toi et entre dans la ville : on te dira ce que tu dois faire. » Ses compagnons de route s’étaient arrêtés, muets de stupeur : ils entendaient la voix, mais ils ne voyaient personne. Saul se releva de terre et, bien qu’il eût les yeux ouverts, il ne voyait rien. Ils le prirent par la main pour le faire entrer à Damas. Pendant trois jours, il fut privé de la vue et il resta sans manger ni boire. Or, il y avait à Damas un disciple nommé Ananie. Dans une vision, le Seigneur lui dit : « Ananie ! » Il répondit : « Me voici, Seigneur. » Le Seigneur reprit : « Lève-toi, va dans la rue appelée rue Droite, chez Jude : tu demanderas un homme de Tarse nommé Saul. Il est en prière, et il a eu cette vision : un homme, du nom d’Ananie, entrait et lui imposait les mains pour lui rendre la vue. » Ananie répondit : « Seigneur, j’ai beaucoup entendu parler de cet homme, et de tout le mal qu’il a fait subir à tes fidèles à Jérusalem. Il est ici, après avoir reçu de la part des grands prêtres le pouvoir d’enchaîner tous ceux qui invoquent ton nom. » Mais le Seigneur lui dit : « Va ! car cet homme est l’instrument que j’ai choisi pour faire parvenir mon nom auprès des nations, des rois et des fils d’Israël. Et moi, je lui montrerai tout ce qu’il lui faudra souffrir pour mon nom. » Ananie partit donc et entra dans la maison. Il imposa les mains à Saul, en disant : « Saul, mon frère, celui qui m’a envoyé, c’est le Seigneur, c’est Jésus qui t’est apparu sur le chemin par lequel tu venais. Ainsi, tu vas retrouver la vue, et tu seras rempli d’Esprit Saint.» Aussitôt tombèrent de ses yeux comme des écailles, et il retrouva la vue. Il se leva, puis il fut baptisé. Alors il prit de la nourriture et les forces lui revinrent. Il passa quelques jours à Damas avec les disciples et, sans plus attendre, il proclamait Jésus dans les synagogues, affirmant que celui-ci est le Fils de Dieu.

 

Psaume 116 (117), 1, 2

R/ Allez dans le monde entier.   Mc 16,15 Proclamez l’Évangile. Ou : Alléluia

 

1.   Louez le Seigneur, tous les peuples ; fêtez-le, tous les pays !

 

 

2.  Son amour envers nous s’est montré le plus fort ; éternelle est la fidélité du Seigneur !

 

Acclamation

     Alléluia. Alléluia.Qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi en lui, dit le Seigneur.Alléluia. (Jn 6, 56)

 

Évangile :  Jean 6, 52-59

     En ce temps-là, les Juifs se querellaient entre eux : « Comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger ? » Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis :si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit mon sang la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui. De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi. Tel est le pain qui est descendu du ciel : il n’est pas comme celui que les pères ont mangé. Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement. Voilà ce que Jésus a dit alors qu’il enseignait à la synagogue de Capharnaüm.

 

Prière sur les offrandes

     Dans ta bonté, Seigneur, sanctifie ces dons ; accepte le sacrifice spirituel de cette Eucharistie, et fais de nous- mêmes une éternelle offrande à ta gloire. Par Jésus.

 

 

Antienne de communion

Celui que l’on avait crucifié, il est vivant pour toujours, et il nous a rachetés, alléluia.

 

Prière après la communion

Nous venons de communier, Seigneur, au don sacré du corps et du sang de ton Fils, et nous te prions humblement : que cette Eucharistie, offerte en mémoire de Lui, comme il nous a dit de le faire, augmente en nous la charité. Par Jésus.

 

 

MÉDITATION

Se tromper est humain, mais persister dans l’erreur est diabolique (st Augustin). Cette maxime peut s’appliquer à Paul qui n’était pas un méchant homme, mais un homme convaincu et qui accomplissait ce qui lui semblait juste, jusqu’au jour où Jésus lui montra qu’il est dans l’erreur. Certaines paroles du Christ peuvent nous sembler difficile à accepter, mais, comme Paul, laissons que Dieu nous indique comment faire tomber les écailles de nos yeux, nous saurons dès lors le reconnaître, surtout sous les signes du pain et du vin Eucharistique.