VENDREDI 27 DECEMBRE 2019

Vendredi 27 Décembre 2019

 

Saint Jean, apôtre et évangéliste

Fils de Zébédée et disciple de Jean Baptiste, Jean fut, avec son frère Jacques et son ami Simon-Pierre, choisi par Jésus pour être le témoin de la transfiguration et de l’agonie. A ce disciple privilégié, la tradition attribue le quatrième évangile, trois épîtres et l’Apocalypse. Le message de Jean a deux aspects essentiels : il révèle le mystère de Jésus, Parole du Père, venu nous communiquer la vie éternelle ; il proclame le commandement nouveau dont la pratique est le distinctif du vrai disciple de Jésus : le commandement d’aimer comme Jésus a aimé.

 

Blanc

 

 

Antienne d’ouverture :

Nous fêtons saint Jean qui reposa sur la poitrine du Seigneur au cours de la dernière Cène : Heureux l’Apôtre à qui le furent révélés les secrets du Royaume et qui transmit la parole de vie à toute la terre.

 

Prière d’ouverture 

Dieu qui a dévoilé pour nous les mystères de ton Verbe grâce à ton Apôtre saint Jean, rends-nous capables de comprendre et d’aimer les merveilles qu’il nous a fait connaître, par Jésus le Christ Notre Seigneur, qui règne avec toi Père dans l’unité de l’Esprit Saint, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen !

 

Première lecture :  1 Jean 1, 1-4

Bien-aimés, ce qui était depuis le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché du Verbe de vie, nous vous l’annonçons. Oui, la vie s’est manifestée, nous l’avons vue, et nous rendons témoignage : nous vous annonçons la vie éternelle qui était auprès du Père et qui s’est manifestée à nous. Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons à vous aussi, pour que, vous aussi, vous soyez en communion avec nous. Or nous sommes, nous aussi, en communion avec le Père et avec son Fils, Jésus Christ. Et nous écrivons cela, afin que notre joie soit parfaite.

 

Psaume  96 (97), 1-2, 5-6, 11-12

 R/ Que le Seigneur soit votre joie, hommes justes !  96, 12a

 

  1. Le Seigneur est roi ! Exulte la terre! Joie pour les îles sans nombre! Ténèbre et nuée l’entourent, justice et droit sont l’appui de son trône.

 

  1. Les montagnes fondaient comme cire devant le Seigneur, devant le Maître de toute la terre. Les cieux ont proclamé sa justice, et tous les peuples ont vu sa gloire.

 

  1. Une lumière est semée pour le juste, et pour le cœur simple, une joie. Que le Seigneur soit votre joie, hommes justes ; rendez grâce en rappelant son nom très saint.

 

Acclamation

   Alléluia. Alléluia. À toi, Dieu, notre louange ! Toi, le Seigneur, nous t’acclamons. C’est toi que les Apôtres glorifient. Alléluia.

 

Évangile : Jean 20, 2-8

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine courut trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. » Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensembles, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place. C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut.

 

Prière sur les offrandes 

Bénis, Seigneur notre Dieu, les offrandes que nous te présentons : que ce repas nous donne accès aux mystères du Verbe de vie comme il fut pour l’Apôtre saint Jean la source de ses révélations. Par Jésus

 

Antienne de communion

Le Verbe s’est fait chair, il a établi sa demeure parmi nous. Tous, nous avons eu part à sa plénitude.

 

Prière après la communion

Nous t’en prions, Seigneur notre Dieu: que le Verbe fait chair dont nous  a parlé saint Jean habite sans cesse en nos cœurs, grâce à l’eucharistie que nous avons célébrée. Par Jésus

 

 

Méditation

La liturgie nous propose deux textes pour la fête de saint Jean l’évangéliste. Dans chacun d’entre eux, il est nommé comme étant « le disciple que Jésus aimait. » non que Jésus aimât moins les autres ! Mais peut-être les effets de l’amour du Christ étaient-ils particulièrement évidents chez lui : une joie intérieure, un rayonnement. Si bien qu’à le voir, il semblait que toute son identité se résumait à ceci : être aimé de Dieu. Avant d’être évangéliste en mots, il était en sa personne porteur de la Bonne Nouvelle.  Cette capacité à se laisser atteindre et traverser par l’amour donne au regard une acuité singulière, que toute personne qui aime connaît bien. Elle permet à Jean, devant le tombeau vide, de croire immédiatement que Jésus est vivant. Aussi, parmi les quatre évangélistes, Jean a-t-il reçu le symbole de l’aigle : celui qui contemple l’espace infini du mystère de Dieu, jusque dans la plus infime réalité de notre monde. Un regard à demander pour nous-mêmes : il peut être la grâce de Noël

 

Vous pouvez aussi aimer