DIMANCHE 26 JANVIER 2020

Dimanche 26 Janvier 2020

3e Dimanche du Temps Ordinaire

Psautier III

Saints Timothée et Tite, évêques

Vert

Antienne d’ouverture : Ps 95, 1-6

Chantez au Seigneur un chant nouveau, chantez au Seigneur, terre entière: La splendeur et l’éclat, la puissance et la beauté brillent dans son Temple saint!

 

Prière d’ouverture

Dieu éternel et tout-puissant, dirige notre vie selon ton amour, Afin qu’au nom de ton Fils bien-aimé, nous portions des fruits en abondance. Par Jésus Christ.

 

1ère lecture : Is 8, 23 – 9, 1-3

Dans les temps anciens, le Seigneur a couvert de honte le pays de Zabulon et le pays de Nephtali; mais ensuite, il a couvert de gloire la route de la mer, le pays au-delà du Jourdain, et la Galilée, carrefour des païens. Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière; sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre, une lumière a resplendi. Tu as prodigué l’allégresse, tu as fait grandir la joie: ils se réjouissent devant toi comme on se réjouit en faisant la moisson, comme on exulte en partageant les dépouilles des vaincus. Car le joug qui pesait sur eux, le bâton qui meurtrissait leurs épaules, le fouet du chef de corvée, tu les as brisés comme au jour de la victoire sur Madiane.

 

Psaume : 26, 1, 4abcd, 13-14

R/   Le Seigneur est lumière et salut

 

  1. Le Seigneur est ma lumière et mon salut; de qui aurais-je crainte? Le Seigneur est le rempart de ma vie; devant qui tremblerais-je?
  2. J’ai demandé une chose au Seigneur, la seule que je cherche: habiter la maison Seigneur tous les jours de ma vie.
  3. Mais j’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur sur la terre des vivants. «Espère le Seigneur, sois fort et prends courage; espère le Seigneur.»

 

2ème lecture : 1 Co 1, 10-13. 17

Frères, je vous exhorte au nom de notre Seigneur Jésus Christ à être tous vraiment d’accord; qu’il n’y ait pas de division entre vous, soyez en parfaite harmonie de pensées et de sentiments. J’ai entendu parler de vous, mes frères, par les gens de chez Cloé: on dit qu’il y a des disputes entre vous. Je m’explique. Chacun de vous prend parti en disant: «Moi, j’appartiens à Paul», ou bien: «J’appartiens à Apollos», ou bien: «J’appartiens à Pierre», ou bien: «J’appartiens au Christ». Le Christ est-il donc divisé? Est-ce donc Paul qui a été crucifié pour vous? Est-ce au nom de Paul que vous avez été baptisés? D’ailleurs, le Christ ne m’a pas envoyé pour baptiser, mais pour annoncer l’Évangile, et sans avoir recours à la sagesse du langage humain, ce qui viderait de son sens la croix du Christ.

 

Acclamation

Alléluia. Alléluia. Jésus proclamait l’Évangile du Royaume, et guérissait toute maladie dans le peuple. Alléluia. (cf. Mt 4, 23)

 

Évangile : (brève : 12-17) (Mt 4, 12-23)

Quand Jésus apprit l’arrestation de Jean Baptiste, il se retira en Galilée. Il quitta Nazareth et vint habiter à Capharnaüm, ville située au bord du lac, dans les territoires de Zabulon et de Nephtali. Ainsi s’accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète Isaïe: Pays de Zabulon et pays de Nephtali, route de la mer et pays au-delà du Jourdain, Galilée, toi le carrefour des païens : le peuple qui habitait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière. Sur ceux qui habitaient dans le pays de l’ombre et de la mort, une lumière s’est levée. A partir de ce moment, Jésus se mit à proclamer: «Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche.» Comme il marchait au bord du lac de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans le lac: c’étaient des pêcheurs. Jésus leur dit: «Venez derrière moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes.» Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent. Plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans leur barque avec leur père, en train de préparer leurs filets. Il les appela. Aussitôt, laissant leur barque et leur père, ils le suivirent. Jésus, parcourant toute la Galilée, enseignait dans leurs synagogues, proclamait la Bonne Nouvelle du Royaume, guérissait toute maladie et toute infirmité dans le peuple.

 

Prière sur les offrandes

Dans ta bonté, Seigneur, accepte notre offrande: Qu’elle soit sanctifiée et serve ainsi à notre salut. Par Jésus.

 

Antienne de communion Ps 33, 6

Ensemble, approchez du Seigneur: resplendissez de sa lumière et sur votre visage il n’y aura plus d’ombre.

Prière après la communion

Permets, nous t’en prions, Dieu tout-puissant, Qu’ayant reçu de toi la grâce d’une nouvelle vie, nous puissions nous en émerveiller toujours. Par Jésus.

 

Méditation

« Convertissez-vous, car le royaume des cieux est tout proche ». Voilà le résumé de l’enseignement de Jésus. Le chemin que nous avons à faire, le chemin que nous indique Jésus, se nomme « conversion ». Mais que signifie la conversion ? Que faut-il faire ? Il faut reconnaître qu’en chaque vie, la conversion revêt une forme propre, parce que tout homme est unique et que personne n’est la copie d’un autre. Avant d’être l’abandon des mauvaises habitudes, se convertir signifie d’abord et profondément se tourner vers Dieu, accueillir Dieu dans sa vie, épouser le point de vue de Dieu, se laisser habiter et conduire par Dieu. Le royaume que Jésus ouvre n’est pas d’abord un lieu, mais une personne. La Bonne nouvelle qu’il nous apporte n’est pas d’abord une série de commandements et d’interdits, elle rencontre avec lui. Voici d’ailleurs ce que Benoît XVI dit : « A l’origine du fait d’être chrétien, il n’y a pas une décision éthique ou une grande idée, mais la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive ».

Vous pouvez aussi aimer