MARDI 18 FÉVRIER 2020

Mardi 18 Février 2020

Sainte Bernadette Soubirous

Vert/Blanc

Pauvre et torturée par l’asthme, Bernadette (1844-1879) a quatorze ans quand, dans la grotte de Massabielle, à Lourdes, lui apparaît dix-huit fois celle qui se nommera : ‘’l’Immaculée Conception’’. ‘’ Si la sainte Vierge en avait trouvé une plus ignorante que moi, c’est elle qu’elle aurait choisi’’, dira Bernadette, devenue Sœur Marie Bernard en 1866 chez les Sœurs de la Charité de Nevers. Ce mot dit bien l’humilité de celle qui accepta inlassablement souffrances et humiliations pour le salut des pécheurs.

Antienne d’ouverture  Ps 30, 3-4

Seigneur, sois le rocher qui m’abrite, la maison bien défendue qui me sauve. Pour l’honneur de ton nom guide-moi, conduis-moi.

 

Prière d’ouverture

Dieu qui veux habiter les cœurs  droits et sincères, donne-nous de vivre selon ta grâce, alors tu pourras venir en nous pour y faire ta demeure. Par Jésus Christ.

 

1ère lecture : Jc 1, 12-18

Heureux l’homme qui supporte l’épreuve avec persévérance, car, sa valeur une fois vérifiée, il recevra la couronne de la vie promise à ceux qui aiment Dieu. Dans l’épreuve de la tentation, que personne ne dise: « Ma tentation vient de Dieu. » Dieu, en effet, ne peut être tenté de faire le mal, et lui-même ne tente personne. Chacun est tenté par sa propre convoitise qui l’entraîne et le séduit. Puis la convoitise conçoit et enfante le péché, et le péché, arrivé à son terme, engendre la mort. Ne vous y trompez pas, mes frères bien-aimés, les présents les meilleurs, les dons parfaits, proviennent tous d’en haut, ils descendent d’auprès du Père des lumières, lui qui n’est pas, comme les astres, sujet au mouvement périodique ni aux éclipses. Il a voulu nous engendrer par sa parole de vérité, pour faire de nous comme les prémices de toutes ses créatures.

 

Psaume : 93 (94), 2018-13, 14-15, 18-19

R/   Heureux l’homme que tu châties, Seigneur.

  1. Heureux l’homme que tu châties, Seigneur, celui que tu enseignes par ta loi, pour le garder en paix aux jours de malheur, tandis que se creuse la fosse de l’impie.
  2. Car le Seigneur ne délaisse pas son peuple, il n’abandonne pas son domaine: on jugera de nouveau selon la justice; tous les hommes droits applaudiront.
  3. Quand je dis : « Mon pied trébuche!» ton amour, Seigneur, me soutient. Quand d’innombrables soucis m’envahissent, tu me réconfortes et me consoles.

 

Acclamation :

Alléluia. Alléluia. Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, dit le Seigneur; mon Père l’aimera, et nous viendrons vers lui. Alléluia. (Jn 14, 23)

 

Évangile : Mc 8, 14-21

En ce temps-là, les disciples avaient oublié d’emporter des pains; ils n’avaient qu’un seul pain avec eux dans la barque. Or Jésus leur faisait cette recommandation:« Attention ! Prenez garde au levain des pharisiens et au levain d’Hérode ! » Mais ils discutaient entre eux sur ce manque de pains. Jésus s’en rend compte et leur dit: « Pourquoi discutez-vous sur ce manque de pains ? Vous ne saisissez pas ? Vous ne comprenez pas encore ? Vous avez le cœur endurci ? Vous avez des yeux et vous ne voyez pas, vous avez des oreilles et vous n’entendez pas ! Vous ne vous rappelez pas? Quand j’ai rompu les cinq pains pour cinq mille personnes, combien avez-vous ramassé de paniers pleins de morceaux ? » Ils lui répondirent : « Douze. – Et quand j’en ai rompu sept pour quatre mille, combien avez-vous rempli de corbeilles en ramassant les morceaux ? » Ils lui répondirent : « Sept. » Il leur disait: « Vous ne comprenez pas encore ?»

 

Prière sur les offrandes 

Que cette eucharistie, Seigneur notre Dieu, nous purifie et nous renouvelle; Qu’elle donne à ceux qui font ta volonté le bonheur que tu leur as promis. Par Jésus.

 

Antienne de communion: Ps 77, 29-30

Le Seigneur combla le désir de son peuple: ils mangèrent et ils furent rassasiés, leur attente ne fut pas trompée.

 

Prière après la communion 

Tu nous as donné, Seigneur, de goûter aux joies du ciel: Fais que nous ayons toujours soif des sources de la vraie vie. Par Jésus.

 

 

Méditation

Voici qu’une nouvelle fois, dans la barque avec ses apôtres, Jésus vient de quitter les pharisiens qui demandaient des signes venant du ciel.  Mais dans cette barque, les apôtres s’inquiètent d’une seule chose : ils ont oublié le pain. Et même quand Jésus leur parle, ils ne l’entendent pas, ils sont obnubilés par ce pain qui manque. Il va alors les interpeller vivement, leur permettre de voir plus loin que tous les signes qu’il a donnés. Avoir des moyens de subsistance est important. Mais, ensemble avec les apôtres, Jésus nous interpelle. Dans les moments de famine, de désespoir, de doutes et tribulations, il est là au milieu de nous, dans l’Eucharistie, et il vaut mille fois mieux que nos pains. Le pain qu’il nous offre, c’est lui-même et c’est pour la vie éternelle ; et non pas le pain de cette terre.

 

 

 

Vous pouvez aussi aimer