SAMEDI 02 JANVIER

Saint Basile le Grand et saint Grégoire de Nazianze, évêques et docteurs de l’Église, Mémoire.

Saint Basile de Césarée (329-379) est l’un des principaux Pères de l’Église. Fondateur d’un monastère, il est l’auteur d’une règle connue comme la « règle de saint Basile » devenue la principale règle monastique de l’Église d’Orient.  Saint Grégoire de Nazianze (329-390) fit la rencontre de Basile de Césarée dont il devint ami. Il est ordonné évêque de Sasimes contre son gré par son ami Basile. Il est invité à Constantinople où il prend part à la lutte contre l’arianisme. L’empereur Théodose l’impose comme évêque et c’est lui qui préside le concile de Constantinople

Blanc

Antienne d’ouverture

Dans son Église, le Seigneur a donné la parole à saint Grégoire ; il l’a rempli de l’esprit de sagesse et d’intelligence, et l’a revêtu de gloire.

 

Prière d’ouverture

Tu as voulu, Seigneur, illuminer ton Église par l’enseignement et par les exemples de saint Basile et de saint Grégoire de Nazianze ; accorde-nous de chercher humblement à connaître ta vérité pour que ta charité imprègne notre vie. Par Jésus Christ.

 

1ère lecture : 1 Jean 2, 22-28

Bien-aimés, le menteur n’est-il pas celui qui refuse que Jésus soit le Christ ? Celui-là est l’anti-Christ: il refuse à la fois le Père et le Fils ; quiconque refuse le Fils n’a pas non plus le Père ; celui qui reconnaît le Fils a aussi le Père. Quant à vous, que demeure en vous ce que vous avez entendu depuis le commencement. Si ce que vous avez entendu depuis le commencement demeure en vous, vous aussi, vous demeurerez dans le Fils et dans le Père. Et telle est la promesse que lui-même nous a faite : la vie éternelle. Je vous ai écrits cela à propos de ceux qui vous égarent. Quant à vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin d’enseignement. Cette onction vous enseigne toutes choses, elle qui est vérité et non pas mensonge ; et, selon ce qu’elle vous a enseigné, vous demeurez en lui. Et maintenant, petits-enfants, demeurez en lui ; ainsi, quand il se manifestera, nous aurons de l’assurance, et non pas la honte d’être loin de lui à son avènement.

 

Psaume : 97 (98), 1, 2-3ab, 3cd- 4

R/ La terre tout entière a vu le salut de notre Dieu. (cf. 97, 3)

 

1. Chantez au Seigneur un chant nouveau, car il a fait des merveilles; par son bras très saint, par sa main puissante, il s’est assuré la victoire.

2. Le Seigneur a fait connaître sa victoire et révélé sa justice aux nations ; il s’est rappelé sa fidélité, son amour, en faveur de la maison d’Israël.

3. La terre tout entière a vu la victoire de notre Dieu. Acclamez le Seigneur, terre entière, sonnez, chantez, jouez!

 

Acclamation

Alléluia. Alléluia. À bien des reprises, Dieu, dans le passé, a parlé à nos pères par les prophètes; à la fin, en ces jours où nous sommes, il nous a parlé par son Fils. Alléluia

 

Évangile : Jean 1, 19-28

Voici le témoignage de Jean le Baptiste, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander : « Qui es-tu ? » Il ne refusa pas de répondre, il déclara ouvertement : « Je ne suis pas le Christ. » Ils lui demandèrent : « Alors qu’en est-il ? Es-tu le prophète Élie? » Il répondit : « Je ne le suis pas. – Es-tu le Prophète annoncé?» Il répondit : « Non. » Alors ils lui dirent : « Qui es-tu ? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi-même ? » Il répondit : « Je suis la voix de celui qui crie dans le désert: Redressez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe. » Or, ils avaient été envoyés de la part des pharisiens. Ils lui posèrent encore cette question : « Pourquoi donc baptises-tu, si tu n’es ni le Christ, ni Élie, ni le Prophète?» Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas ; c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale.» Cela s’est passé à Béthanie, de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où Jean baptisait.

 

Prière sur les offrandes

Daigne accepter, Seigneur, ce sacrifice que nous te présentons de grand cœur en la fête de saint Grégoire ; fidèles à son enseignement, nous voulons nous offrir tout entiers en célébrant cette eucharistie. Par Jésus.

 

Antienne de la communion

Voici l’intendant fidèle et sensé que le Maître a placé à la tête de ses serviteurs, pour leur donner en temps voulu leur part de blé.

 

Prière après la communion

Ceux que tu fortifies, Seigneur, par le pain vivant, forme-les aussi par l’enseignement du Christ, pour qu’à l’exemple de saint Grégoire, ils connaissent ta vérité et en vivent dans ton amour. Par Jésus.

 

 

Méditation

« Que dis-tu sur toi-même ? ». Voilà une question que des prêtres et des lévites envoyés par des Juifs de Jérusalem posèrent à Jean le Baptiste. Une bonne connaissance de soi est sans doute le prélude d’une mission réussie. Jean le Baptiste se montre loyal et juste en affirmant qu’il est la voix de celui qui crie dans le désert. De fait, l’envoyé se caractérise par son aspect fugace. Une voix est entendue, elle sonne puis s’évanouit pour céder la place à l’action concrète. En se définissant de la sorte, Jean le Baptiste montre par là-même que toute vie est en référence au Créateur. L’existence devient donc une voix qui prépare l’avènement renouvelé de la vie divine dans la création.

Vous pouvez aussi aimer