MERCREDI 10 FÉVRIER

Sainte Scholastique, vierge,
memoire

Sœur de S. Benoît, Scholastique (vers 480-547) se consacra à Dieu comme son frère, en devenant moniale. Saint Grégoire le Grand a raconté le dernier entretien de ces deux contemplatifs, entretien qu’un orage, obtenu par la prière de Scholastique, força Benoît à prolonger toute la nuit. ‘’Plus grande était sa puissance, dit S. Grégoire, parce que son amour était plus grand’’.

Blanc

Antienne d’ouverture

Vigilante et fidèle, sainte Scholastique a gardé sa lampe allumée pour sortir à la rencontre du Christ.

 

Prière d’ouverture

En célébrant la mémoire de sainte Scholastique, Seigneur, nous te prions: fais que nous sachions, nous aussi, te servir avec une charité sans défaut et goûter la douceur de ton amour. Par Jésus Christ.

 

Première lecture : Génèse 2, 4b- 9.15-17

Lorsque le Seigneur Dieu fit la terre et le ciel, aucun buisson n’était encore sur la terre, aucune herbe n’avait poussé, parce que le Seigneur Dieu n’avait pas encore fait pleuvoir sur la terre, et il n’y avait pas d’homme pour travailler le sol. Mais une source montait de la terre et irriguait toute la surface du sol. Alors le Seigneur Dieu modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant. Le Seigneur Dieu planta un jardin en Éden, à l’orient, et y plaça l’homme qu’il avait modelé. Le Seigneur Dieu fit pousser du sol toutes sortes d’arbres à l’aspect désirable et aux fruits savoureux ; il y avait aussi l’arbre de vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Le Seigneur Dieu prit l’homme et le conduisit dans le jardin d’Éden pour qu’il le travaille et le garde. Le Seigneur Dieu donna à l’homme cet ordre :« Tu peux manger les fruits de tous les arbres du jardin ;mais l’arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n’en mangeras pas ;  car, le jour où tu en mangeras, tu mourras. »

 

Psaume : (103 (104), 1-2a, 27-28, 29bc- 30)

 

R/ Bénis le Seigneur, ô mon âme ! (103, 1a)

 

1.  Bénis le Seigneur, ô mon âme ; Seigneur mon Dieu, tu es si grand ! Revêtu de magnificence, tu as pour manteau la lumière !

2. Tous, ils comptent sur toi pour recevoir leur nourriture au temps voulu. Tu donnes : eux, ils ramassent; tu ouvres la main : ils sont comblés.

3.     Tu reprends leur souffle, ils expirent et retournent à leur poussière. Tu envoies ton souffle : ils sont créés; tu renouvelles la face de la terre.

 

Acclamation

Alléluia. Alléluia. Ta parole, Seigneur, est vérité ; dans cette vérité, sanctifie-nous. Alléluia. (cf. Jn 17, 17ba)

 

Évangile : Marc 7, 14-23

En ce temps-là, appelant de nouveau la foule, Jésus lui disait : « Écoutez-moi tous, et comprenez bien. Rien de ce qui est extérieur à l’homme et qui entre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur. » Quand il eut quitté la foule pour rentrer à la maison, ses disciples l’interrogeaient sur cette parabole. Alors il leur dit : « Êtes-vous donc sans intelligence, vous aussi ? Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans l’homme, en venant du dehors, ne peut pas le rendre impur, parce que cela n’entre pas dans son cœur, mais dans son ventre, pour être éliminé ? » C’est ainsi que Jésus déclarait purs tous les aliments. Il leur dit encore : « Ce qui sort de l’homme, c’est cela qui le rend impur. Car c’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses : inconduites, vols, meurtres, adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure. Tout ce mal vient du dedans, et rend l’homme impur. »

 

Prière sur les offrandes

En reconnaissant les merveilles que tu as accomplies, Seigneur, dans l’âme de sainte Scholastique, nous te supplions humblement : toi qui aimais sa vie tout imprégnée de l’Évangile, accepte l’hommage de notre liturgie. Par Jésus.

 

Antienne de communion

Voici l’Époux qui vient ! Allez à la rencontre du Christ, le Seigneur !

 

Prière après la communion 

Par cette nourriture que tu nous as donnée, Seigneur, nous avons renouvelé nos forces ; et nous te supplions encore, afin qu’à l’exemple de sainte Scholastique, portant dans notre corps la passion de Jésus, nous cherchions à ne vivre que pour toi. Par Jésus.

 

        

 

Méditation

Les lectures de ce jour nous invite à nous conformer à la volonté de Dieu. De nos jours l’obéissance à la parole de Dieu est une nécessité pour l’homme, qui de plus en plus se détourne de la voie du Seigneur à travers ses pensées perverses émanant de son cœur et se matérialisant par des actes dénués de vertus. Ce qui rend l’homme impur, comme le souligne Jésus, ce n’est donc pas ce qui entre en lui mais bien plutôt ce qui sort de son cœur. Ainsi, comme Adam et Eve dans le jardin d’Éden, l’obéissance de l’homme est mise à rude épreuve par les tentations de ce monde. Puisse le Seigneur nous accorder la grâce de mener une vie digne et vertueuse.

Vous pouvez aussi aimer